Rwanda : des cartes Sim nominatives contre la criminalité

Début février les autorités rwandaises ont lancé l’opération d’enregistrement obligatoire des cartes SIM pour protéger les utilisateurs des téléphones portables. Certains craignent cependant une intrusion dans leur vie privée.

Au Rwanda, les détenteurs des téléphones portables qui, au 31 juillet 2013, n’auront pas enregistré leurs cartes SIM, verront leurs numéros bloqués. Début février, les autorités ont lancé une opération d’enregistrement obligatoire de ces cartes dans tout le pays.

www.kiwanja.net
www.kiwanja.net

Celui-ci et l’authentification des puces des téléphones portables se feront par l’intermédiaire de la base de données de l’Agence nationale de la carte d’identité. Les clients devront fournir à leur opérateur uniquement leur numéro d’identification nationale.

Les téléphones des enfants mineurs seront enregistrés sous le numéro de leurs parents. Plus de cinq millions d’utilisateurs de téléphones portables, qui ont souscrit un abonnement chez MTN, TIGO et Airtel, les trois principaux opérateurs téléphoniques du pays, sont concernés.

Pour Régis Gatarayiha, directeur l’Agence rwandaise de régulation du secteur public (RURA), cette opération vise à ?lutter contre les actes criminels effectués en utilisant des équipements de communication mobile?.

Ces derniers temps, en effet, de nombreuses personnes se sont plaintes d’être victimes d’escroqueries, d’injures ou d’intimidations… À noter cependant que cette inscription est aussi exigée par les régulateurs des télécommunications des États de la Communauté est-africaine, (EAC), et que le Burundi et le Rwanda sont les derniers à ne pas l’avoir encore fait.

Criminels difficiles à traquer

Selon la police nationale, les formes de criminalité sont diverses : du kidnapping aux meurtres passant par des arnaques et des injures. Selon un défenseur des droits de l’homme de Kigali, une bonne partie des gens qui disparaissent, ou qui se font arrêter, sont d’abord appelés à leur numéro par des inconnus.

kiwanja_uganda_texting_2En 2012, un Kaberuka, un commerçant de Kigali, a été obligé de changer de numéro après un long harcèlement au téléphone. Un inconnu lui demandait sans cesse de le rencontrer au bord de la rivière Nyabarongo pour récupérer une grande somme d’argent qu’il aurait gagnée. ?J’ai été appelé par des personnes qui mélangeaient le kinyarwanda et la langue ougandaise et me promettaient des milliers de dollars. Quand j’ai répondu négativement, ils m’ont dit ‘nous allons t’abuser sexuellement’?, témoigne une jeune femme du Sud.

?Ils obtiennent les numéros des gens par le biais des cartes SIM volées ou sur la mémoire interne des téléphones volés ou parfois composent des numéros au hasard?, tente d’expliquer un agent de MTN. Nombre de ceux qui reçoivent des menaces au téléphone sont ainsi obligés de changer leur numéro de téléphone. Quand les victimes recourent à la police, celle-ci a du mal à traquer les coupables.

?Comme il n y avait pas de contraintes sur l’usage des téléphones, les criminels achètent et laissent des cartes SIM comme ils veulent?, témoigne un officier de la police judiciaire de Kigali. ?Même les habitants des pays voisins peuvent utiliser des numéros du Rwanda en dehors du pays?, ajoute ce policier qui estime que ?dans le futur chaque utilisateur de téléphone mobile devra être attentif à son appareil?.

Applaudissement et réserves

Les utilisateurs restent partagés sur l’utilité de l’opération d’enregistrement. Certains estiment, comme les autorités, que cette mesure les rendra prudents : ?C’était un peu du désordre quand on allait sur la route acheter à 500 Frw (0.8$) sa carte. Des injures provenant d’inconnus, des promesses d’emploi ou de gains à la loterie données par des personnes non identifiées, autant de choses qui dérangeaient les gens?, se réjouit Kamatamu Immaculée de Kigali.

D’autres craignent d’exposer leurs données personnelles. Cette opération intervient, en effet, après l’adoption par le parlement d’une loi autorisant l’interception des communications (appels téléphoniques et courriels électroniques). Ceci dans le cadre du traitement des renseignements relatifs à toute activité qui menace ou pourrait menacer la sûreté intérieure de l’État, selon le ministre de la Sécurité intérieure, Sheikh Musa Fazil Harelimana.

Par Fulgence Niyonagize

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.