Spéciale Saint-Valentin à la sauce Meiway

SPN Production en compagnie du Club Africain des Petits Déjeuners a organisé le samedi 16 février dernier une fête bien spéciale avec un invité de marque : l’artiste ivoirien Meiway.

MeiwayC’est dans la grande salle de la cafétéria du Cégep Maisonneuve de Montréal que les amoureux s’étaient donné rendez-vous. Le froid hivernal n’a pas freiné le monde à faire le déplacement.

Rouge, blanc et rose étaient les couleurs clés de la décoration. Des petits cœurs et des pétales de roses ornaient les tables, si bien qu’on se croyait presque à un mariage !

Accompagné de ses deux danseuses, le père du Zoblazo a fait son entrée sur scène tout en musique vers 00h45, devant une foule impatience.

Le public s’est tout de suite plongé dans le vif du sujet, bien là pour s’amuser et danser jusqu’aux petites heures du matin. Sur les sonorités de la chanson Samedi soir, l’artiste ivoirien a mis tout le monde d’accord : «ça va chauffer !»

Les spectateurs étaient complètement excités, iPad, iPhone et autres téléphones intelligents étaient tous dégainés et flashaient dans les airs pour immortaliser le moment. Sans oublier l’inconditionnel mouchoir blanc qu’ils balançaient de gauche à droite au-dessus de leurs têtes.

IMG_20130217_005257Pour respecter le thème de la Saint-Valentin, Meiway et ses danseuses étaient tout de rouge vêtus. Le chanteur en a profité même pour demander à la gente féminine de la salle si certaines d’entre elles portaient des strings rouges. Une bonne transition humoristique pour entamer sa célèbre chanson Voilà String.

Celui qui se nomme le professeur connaît bien sa matière. C’est un ambianceur professionnel! Pour faire plaisir à son audience, il a repris tous ses plus grands succès, dont le classique Zoblazo, Miss lolo et Bami power.

Meiway n’a pas hésité pas à taquiner son public en leur demandant de quels pays ils viennent. «Y a-t-il des Camerounais dans la salle ? Mais pourquoi vous ne voulez pas rentrer chez vous ? Votre pays est en train de tomber ! Retourner au pays pardon !»

Et à la question «Y-a-t-il des Québécois dans la salle ?» lorsque la foule électrisée a répondu «Oui», il a enchaîné avec «depuis quand il y a des Québécois noirs !» et la salle tout entière a éclaté de rires.

meiway_nuits_dafrique_stephane_waffo_02Après son passage au Festival Nuits d’Afrique en 2011, qui avait laissé le public sur sa faim (concert interrompu à cause de la pluie), Meiway en a rendu heureux plus d’un cette nuit-là. La soirée était véritable succès.

Tout avait pourtant commencé en douceur, vers 22 h 30 avec l’arrivée des invités dans la salle par petits flux. Un buffet proposait quelques mets, riz et poulet grillé au menu.

Pour faire patienter la foule avant l’arrivée de la vedette de la soirée, soit Meiway, les convives ont écouté les vibes reggae de l’artiste Moussa Xlim. Armé de sa guitare, le chanteur a tenté tant bien que mal d’installer une petite ambiance bien relaxe.

Puis c’était le tour de la chanteuse Constance BK d’entrer sur scène et d’entonner a cappella une reprise de Christina Aguielra, The voice within, puis d’enchaîner avec la célèbre chanson No woman no cry, de Bob Marley.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.