Miss Afrique Montréal : Sally Sakho, une miss impliquée dans sa communauté

À quelque heures de l’élection de la nouvelle Miss Afrique Montréal, la gagnante de l’édition 2012 s’est confiée à Touki Montréal. Bilan de son année, retour sur ses missions et son voyage au Cameroun, conseils aux futures candidates et projets futurs, Salematou Sakho revient sur autant de sujets.

Sally SakhoQuelles ont été vos premières pensées lorsqu’on vous a annoncé grande gagnante du concours Miss Afrique Montréal ?

Des tas de pensées défilaient dans ma tête. Le bonheur, la fierté et le soulagement ce sont emparés de mon corps et mon esprit. Le soulagement, car je me disais ça y est!  Fini le stress, j’y suis arrivée!

La fierté, car j’ai pensé à ma détermination et mes efforts qui avaient porté fruit. La bonheur, car je vibrais de joie d’avoir pu atteindre et marquer le public par ma vision de l’Afrique à travers mon talent show, en partageant avec eux les mots qui émanaient de mon cœur concernant la terre mère.

J’étais reconnaissante, envers ceux qui m’ont supportée, envers la famille Miss Afrique Montréal, surtout envers Dieu pour m’avoir permis d’accomplir cela et de vivre cette aventure.

Quelles sont les principales activités auxquelles vous avez assisté en tant que Miss Afrique Montréal ?

Au cours des derniers mois, j’ai eu le privilège d’être invitée à plusieurs évènements en tant que représentante de l’Afrique. Depuis le début de mon mandat, par mon implication dans différents projets, j’ai soutenu des causes, telles que la cure du cancer du sein, le don de sang, l’éducation en Guinée. J’ai fait des dons pour les victimes de l’explosion survenue au Congo (en mars 2012, NDLR). J’ai aussi organisé une collecte de fonds et de cadeaux pour des jeunes étudiantes au Cameroun.

J’ai eu la chance d’aller au Cameroun, l’été dernier, dans le cadre du Séminaire de leadership pour les jeunes femmes africaines organisé par The Nakande’s project.

Je me suis également associée ici avec l’Académie Showtime Basketball qui offre des soutiens scolaires, cherche à promouvoir la persévérance et lutte contre la délinquance ainsi que le décrochage scolaire à Montréal. Tout cela en mettant de l’avant les bienfaits de l’activité physique.

Miss Afrique 2012 -  Salematou SakhoAvez-vous vécu des coups durs durant votre mandat de Miss ?

Non je n’ai pas vécu de coup dur! Par contre, il s’en est fallu de peu. En effet, quand j’ai appris qu’il se pouvait que le voyage au Cameroun n’ait pas lieu, j’étais consternée!

La raison du séjour au Cameroun était de participer aux différentes activités organisées par The Nakande’s project, une association dont je suis l’ambassadrice à Montréal. Le principal évènement était le séminaire de leadership pour les jeunes femmes, pour outiller celles-ci.

Je souhaitais vraiment y aller et quand j’ai su que la date avait été reportée et que ça n’allait pas nécessairement concorder avec mes disponibilités, sur le moment ce fut un coup dur.  Heureusement, ce ne fut pas le cas, j’ai eu la chance d’y aller et de m’imprégner de cette belle expérience.

Que retenez-vous de votre expérience ?

J’ai toujours su que la vie est un apprentissage continuel et à travers cette expérience j’ai appris que de simples idées peuvent mener très loin, mais il faut s’y mettre. Ce qui m’a été confirmé et que je retiens aussi est qu’il y a des tas de portes ouvertes, cependant il faut oser se lancer, rencontrer de nouvelles personnes, s’associer, développer des projets, notre génération regorge de talent. Il suffit de bien regarder autour de nous et de se donner les outils pour saisir les occasions. La capacité ce n’est pas ce dont nous manquons.

Quels sont les conseils que vous donneriez à la prochaine Miss Afrique ?

Sally Sakho2Je lui dirai tout simplement d’être elle-même! Que ses paroles et ses actions aillent en accord avec sa personne, il n’y a rien de mieux. Je lui dirai de profiter pleinement de toutes les opportunités qu’offre ce titre, d’élever ce titre encore plus haut qu’il ne l’est déjà.

Je lui conseillerais aussi de ne pas se considérer que de passage, mais de marquer son temps. Sans oublier d’apprendre continuellement de cette expérience, d’apprendre sur notre continent, de l’aimer, de l’honorer et de faire vivre notre patrimoine, ici à Montréal et partout ailleurs.

Quels sont vos futurs projets ?

Pour continuer à apporter mon aide, d’autres collaborations sont à venir en santé et en éducation. Des projets principalement pour la Guinée, la République Démocratique du Congo, le Sénégal et le Togo. S’il plaît à Dieu, j’organiserai des activités ici, telles que des collectes de fonds et de livres pour une bibliothèque en Guinée qui a pour but de promouvoir la lecture. Des collectes de fonds aussi pour une école primaire au Congo (RDC) dont je suis porte-parole ici.

L’école Les Petits amis du Québec (P@Q) a développé un système de parrainage pour les enfants démunis et nous voulons que cela prenne une plus grande ampleur. Des projets avec l’Association Nationale des Albinos du Sénégal (ANAS) aussi et finalement Da m’a dit, un centre de Santé qui verra bientôt le jour au Togo. Il s’agit d’un projet de création d’une structure de soins pour les femmes et les tous petits. Dans tous les cas, pour mener les projets à terme il y a un besoin de financement et je souhaite oeuvrer dans ce sens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.