At Peace de Ballaké Sissoko, produit par Vincent Segal

L’instrumentiste Ballaké Sissoko, fils de Djelimady Sissoko, grand maître de la kora, est de retour avec un nouvel album, At Peace, paru chez l’étiquette No Format.

Ballake_sissoko_at-peacePrés de quatre ans après leur Chamber Music, toujours chez no format, et fort de leur Victoire de la Musique, Ballaké sissoko et Vincent Segal se sont à nouveau associe pour un pur bonheur.

Ceux qui déplorent les paroles dans les chansons et préfèrent se laisser bercer par la magie des instruments seront fortement combles par cet album produit justement par Segal.

« Récompensé par une Victoire de la Musique et prolongé par 200 concerts à travers le monde, cet album a récolté une moisson d’éloges qui lui a conféré un statut de classique instantané »

Neuf titres sont proposés, dominés bien évidemment par la kora du Malien, par exemple sur Mainouna, premier titre de cet opus. Nalesonko, kalanso sont les deux autres titres où Ballake est tout seul au four et au moulin.

« Le dispositif est intimiste et les outils sont réduits à l’essentiel – pas d’artifices de production, pas d’overdubs. L’accent est mis sur la spontanéité, priorité est donnée aux premières prises. »

Lorsqu’il n’est pas seul, le résultat est tout aussi captivant. Qu’il soit avec Aboubakar « Badian » Diabate par exemple (à la guitare) ou encore avec Fassery Diabate (balafon), ou même avec son alter ego Segal (cello), Sissoko propose au mélomane un subliminal voyage dans l’univers de la kora, cette harpe-luth à vingt et une cordes d’origine mandingue.

Il faut noter le titre N’tomikorobougou, au nom aussi long que la durée de la pièce (10,20).

À la fois introspective et ouverte sur le monde, cette association des deux virtuoses reflète « ces nuits magiques autour du monde », comme l’indique à juste titre Vincent Segal dans la pochette de l’album.

At Peace est un opus qu’il fait avoir dans sa bibliothèque ou sur son lecteur numérique pour combler certaines envies ou nostalgies africaines.

« Quand je veux jouer avec quelqu’un, confie le Malien, je dois d’abord comprendre son fonctionnement, construire une amitié : c’est mon premier repère. Et ça demande du temps. »

Ballaké Sissoko

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.