Motown Night : Bonnes vibrations aux sons de la Soul Night à Paris

Le groupe Hp France a présenté la soirée Soul Night en collaboration avec la maison de disque Motown France, le 18 avril dernier au Trianon, à Paris. Un rendez-vous purement musical qui a rassemblé des artistes au groove et voix exceptionnelles. Retour sur cette soirée remplie de sonorités Soul, R&B et Funk.

Motown_Night1Le chanteur Ben l’Oncle Soul a tenu le rôle d’animateur principal de la soirée Soul Night. D’entrée de jeu, le soulman a donné le ton aux spectateurs. «Ce soir vous allez vibrer aux sons de la soul, cette musique qui a inspiré la lutte pour les droits civiques des Noirs et continue de nous bercer aujourd’hui», a expliqué l’interprète de Petite sœur.

La palette d’artistes invités était très riche. Des voix puissantes, des noms bien connus du public et des nouvelles révélations musicales se sont réunis sur la scène du Trianon et ont prouvé que la musique Soul est encore bien vivante en 2013.

C’est la chanteuse Ayo qui a ouvert le bal avec une reprise des Jackson 5. Armée de son plus beau sourire et de son accent épicé, l’artiste a complètement séduit le public parisien. Elle a offert une chanson en exclusivité et a chanté en duo avec l’auteur-compositeur américain, Citizen Cope.

Une autre diva a aussi marqué la Soul Night avec un timbre de voix à couper le souffle, Alice Russell. Avec sa voix d’église, la chanteuse d’origine anglaise a impressionné l’auditoire avec son morceau Heartbreaker et sa reprise du classique What’s going on de Marvin Gaye.

L’ambiance du Trianon s’est transformée avec l’arrivée du chanteur allemand Patrice qui a fait sauter la foule sur des titres inédits à paraître. «Je n’ai jamais joué ces morceaux encore alors j’espère que ça va vous plaire», avait-il justifié avant de se livrer musicalement au public.

Dans la catégorie des grands noms, il y avait le pianiste américain du groupe des Maroon 5, PJ Morton. Le musicien a offert son titre Only One ainsi que l’incontournable Higher Ground de Stevie Wonder. Ce prodige du synthétiseur nageait dans son milieu, et ce, très aisément.

Aussi venue des États-Unis, la chanteuse Valérie June (originaire du Tennessee) a partagé son monde avec sa guitare. Son style rappelle celui des années 1950 où la musique Blues inspirait l’espoir des communautés noires victimes de racisme et de discriminations.

L’hôte de la soirée, Ben l’Oncle Soul, s’est aussi prêté à l’exercice en interprétant These arms of mine de son père spirituel Otis Redding. Le cœur dans la voix, le chanteur vibrait d’émotions lors de sa performance. Il est ensuite revenu plus enjoué sur la reprise du groupe S.O.U.L avec Express Yourself.

Le côté Hip Hop de la soirée a été illustré par Gaël Faye et sa formation Milk Coffee and Sugar. Leur musique colorée et forte en sens avait toute sa place dans cette programmation soul.

Rencontré dans le public, le chanteur Lokua Kanza a donné son point de vue sur ce genre d’évènement :

«Qui dit soul, dit culture noire. C’est une musique qui me parle naturellement et qui possède un lourd héritage. Elle reflète l’âme, comme son nom l’indique. Ce qui explique pourquoi elle touche tant de monde aujourd’hui, toutes différences confondues. Le travail de ces artistes est apprécié, car ils font du bon boulot», s’est-il exprimé.

La soirée Soul Night fut une réussite et une belle occasion pour découvrir des acteurs qui font vivre la musique Soul aujourd’hui.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.