Alpha Blondy et son Mystic Power au Festival de Jazz

Habitué de la métropole, jamais stressé, même dans une entrevue dans sa chambre d’hôtel, à une demi-heure de monter sur la scène du Club Soda, Alpha Blondy, le reggae man de la Côte d’Ivoire a un charisme inégalé, en entrevue comme en spectacle.

_VDL5733C’est d’ailleurs un public conquis d’avance qui l’attendait pour son spectacle du 4 juillet. La salle du Club soda était remplie à craquer, de l’avant vers l’arrière, les gens, debout, se balançant aux rythmes entraînants d’Alpha Blondy et de son groupe.

Mystic Power a introduit longuement la vedette, avec un jam musical dont eux seuls ont le secret. Près d’une dizaine de musiciens sur scène, soutenus par deux choristes parfaites, autant dans la voix que dans les gestes.

Ils s’en donnaient à cœur joie : guitare, trompette, trombone, batterie, le tout s’enchaînant dans un crescendo qui a laissé finalement la place à la vedette internationale.

_VDL1113Du haut de ses soixante balais, Alpha Blondy a l’air d’un jeune homme, dansant avec ses musiciens et le public, tout en chantant des pièces connues et moins connues. Il a lancé son spectacle avec l’inévitable «Jérusalem».

Il a enchaîné deux ou trois autres chansons avant de dire bonjour au public, bigarré : tous les âges, tous les styles, toutes les nationalités, avec une prédominance pour la faune africaine montréalaise.

Le chanteur engagé a alterné l’anglais et le français, avec des opus tels que «Heal me», «Les chiens» et «Crime spirituel», qu’il a précédé d’un discours sur la religion, qui divise à son avis.

_VDL5791L’énergie de l’Africain est toujours contagieuse ; toute la salle avait le sourire aux lèvres en le voyant se dandiner sur scène, techniciens inclus. Les téléphones portables prenaient des photos à tout instant, les mains s’épanchaient vers la scène en espérant pouvoir toucher le grand Alpha Blondy, qui le leur rendait bien.

Bon spectacle du reggae man, dont on apprécie toujours la présence à Montréal. Peut-être qu’un peu plus de spontanéité aurait été appréciée. Le spectacle de tournée du chanteur est arrangé au quart de tour, laissant peu de place à l’improvisation et la digression musicale. La prestation a néanmoins été dynamique et a bien fait «groové» jeune et moins jeune.

no images were found

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.