Ayo revient en force avec Ticket To The World

0

Pour son retour, définitivement au sommet, la chanteuse Ayo revient avec Ticket To The World, un nouvel album clairement soul et urbain.

ayo_photo_set_03_cmykPour ce nouvel opus qu’elle a majoritairement enregistré au Studio Avatar, à New York, la chanteuse d’origine nigériane Ayo s’est entouré de quelques uns des «meilleurs musiciens américains» tels que Larry Campbell, Ira Coleman, Charles Haynes ou encore Katie Kresek.

L’album de 16 titres commence avec la très envoutante pièce Fire, qu’elle a d’ailleurs reprise avec le rappeur français Youssoupha. Née en 1980, Joy Olasunmibo Ogunmakin, alias Ayo, débute donc son dernier opus par un titre puissant, au nom révélateur.

Ayo_Ticket to the worldFort de trois albums studios et de près de 1,5 million de disques vendus dans une quarantaine de pays, Ayo a choisi de revenir avec le producteur Jay Newland, celui qui était derrière les deux premiers albums.

Après l’album Billie-Eve (2011), et dans un registre qui lui sied finalement mieux, la chanteuse met le feu dès le premier titre, avant de calmer le ton avec la pièce I’m walking, marchant ainsi sur le pas de bien d’autres artistes avant elle.

ayo-1189Amour, amitié, mondialisation, voyage plus ardu et laborieux pour ceux qui ne sont pas nés dans le bon pays sont au nombre des thèmes évoqués par la chanteuse avec sa voix parfois sombre et tantôt grave. «Oui j’en suis», dit elle, un brin concernée par tous ces sujets.

Moins personnel comme album, Ticket To The World est résolument plus engagé. Bref, Ayo navigue entre différents styles musicaux, du folk au pop, en passant par le soul, le hip-hop et même le reggae.

Avec les pièces Fallin’ et Ticket to the world, la chanteuse s’offre un ticket sans retour dans l’univers du R’nB à l’américaine, alors que dans Complain, elle s’assume sans complaisance comme authentique rappeuse.

L’album regorge également d’influence créole et africaine, comme dans Hullabaloo, et de reprises comme Sunny de Bobby Hebb et I wonder de Sugarman. Outre Youssoupha, l’artiste a aussi invité le chanteur américain Citizen Cope sur la pièce Justice.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.