Qatar 2022 : Amnistie internationale dénonce l’exploitation des travailleurs migrants

Amnistie internationale déplore la situation des travailleurs migrants engagés notamment dans les travaux de construction pour la Coupe du monde de la FIFA 2022 au Qatar.

Fifa-Qatar2022 Dans un nouveau rapport The Dark Side of Migration: Spotlight on Qatar’s construction sector ahead of the World Cup, l’organisme indique que le secteur du bâtiment au Qatar emploie des personnes sur des projets de plusieurs millions de dollars tout en les soumettant souvent à une grave exploitation.

«Il est inacceptable que tant de travailleurs migrants soient exploités, privés de salaire et mis en situation d’insécurité», a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

Amnistie internationale appelle la FIFA à travailler avec le gouvernement qatari et les organisateurs de la Coupe du monde en vue d’empêcher de tels abus.

Amnistie-Qatar2022Pour l’organisme, le Qatar doit appliquer les dispositions existantes en matière de protection des droits du travail, que de nombreux employeurs bafouent régulièrement. Il demande également une réforme du système de «parrainage», qui interdit aux travailleurs migrants de quitter le pays ou de changer d’emploi sans l’autorisation de l’employeur.

« Pendant les préparatifs de la Coupe du monde 2022, tous les yeux seront tournés vers le Qatar. Le gouvernement a donc une occasion unique de démontrer, au niveau mondial, son engagement envers les droits humains, et de servir de modèle pour la région », a ajouté Salil Shetty.

C’est l’entreprise qui a mon passeport. Elle ne me le rendra pas tant que je n’irai pas voir les services de l’immigration… sans compter qu’il y a une amende pour le dépassement de mon permis [de séjour], expiré en février 2011, qui s’élève à 3 000 riyals [environ 600 euros]. L’entreprise m’a dit, ‘si tu veux partir, il faudra payer cette amende. »

Un travailleur migrant, mars 2013

qATAR-Courtoisie-FacebookQuelque 210 travailleurs migrants du secteur du bâtiment ont été rencontrés par Amnistie internationale pour la réalisation de ce rapport. Près d’une centaine d’entrevues individuelles ont été réalisées par l’équipe de l’organisme, et ce, au cours de deux visites au Qatar, en 2012 et 2013.

«Derrière les liens contractuels souvent complexes que l’on retrouve dans le domaine de l’emploi au Qatar se cache la maltraitance des travailleurs migrants, une maltraitance courante et banale qui, dans certains cas, s’apparente au travail forcé», a fait savoir James Lynch, chercheur d’Amnistie internationale sur les droits des migrants dans la région du Golfe.

De son côté, le Comité d’organisation de la Coupe du monde de la FIFA 2022 au Qatar, Qatar 2022 (Q22), a parlé d’une discussion fructueuse qui a eu lieu avec Amnistie internationale en marge du dévoilement du rapport.

Dans un communiqué, Qatar 2022 a fait état d’un «dialogue constructif» qui se poursuivra entre les deux organisations dans les prochaines années, et ce, jusqu’au tournoi. Le Comité a également indiqué qu’un plan et des mesures vont être mis en place afin d’établir des lignes directrices claires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.