Une traversée littéraire de la francophonie avec Leonora Miano et Amal Sewtohul

La maison d’édition Mémoire d’Encrier, menée de main de maitre par son directeur Rodney Saint-Éloi, s’est autorisée une pause littéraire à la librairie le Port-de-Tête ce mardi 15 avril 2014, en compagnie des auteurs Leonora Miano et Amal Sewtohul.

anthologie du desir-Leonora-MianoAprès avoir occupé le stand 101 du Salon international du livre de Québec (SILQ) du 9 au 13 avril 2014, la maison d’édition Mémoire d’encrier a organisé une rencontre-débat au cœur du Plateau Mont-Royal en compagnie de deux auteurs phares de la francophonie littéraire.

Malgré la pluie et le vent, c’est un public fidèle des évènements de la maison d’édition qui est venu se réfugier au milieu des romans jeunesse pour assister à la discussion modérée par Lise Bissonnette, journaliste et écrivaine.

De l’Océan Indien à l’Afrique Subsaharienne

Auteur du roman Made in Mauritius (Continents Noirs, Gallimard) publié en 2012 et originaire de l’Île Maurice, Amal Sewtohul a incarné par sa présence la nouvelle génération d’écrivains francophones issus de l’Océan Indien (Ananda Devi, Natacha Appanah-Mouriquand, Shenaz Patel, etc.).

MadeInMauritus_Amal SewtohulLauréat 2013 du Prix des Cinq Continents de la Francophonie pour son roman se déroulant sur les terres chinoises, mauriciennes et australiennes, Amal Sewtohul a partagé quelques anecdotes avec l’audience, dévoilant les raisons personnelles de son intérêt pour la ville de Port-Louis qu’il décrit à travers les pérégrinations de son personnage principal, Laval.

Pour sa deuxième venue à Montréal, Leonora Miano est venue présenter son onzième roman, La saison de l’ombre (Grasset), publié en 2013.

Récipiendaire du Prix Fémina 2013 et du Prix du Roman Métis 2013 (tient-elle à souligner elle-même lors de sa présentation), l’écrivaine camerounaise offre à ses lecteurs un récit d’avant-la-colonisation, d’avant-les-frontières, d’avant-que-l’Afrique-ne-soit-Afrique. Au sein de la tribu Mulongo se trouvant en Afrique centrale, l’intrigue de Leonora Miano interroge le passé immémorial de son continent et de sa région natale. À travers la lecture de quatre extraits, l’écrivaine dévoile son travail effectué sur la langue, sur la question du deuil et l’ignorance de la fin d’une époque, le début (in)certain d’un basculement sans retour.

Première nuit : Une anthologie du désir

MemoiredencrierRecueil de nouvelles érotiques et subversives dirigé par Leonora Miano, Première nuit : une anthologie du désir publié en 2014 chez Mémoire d’Encrier, a conclu cette rencontre littéraire. Présentées et explicitées par l’écrivaine, ces nouvelles mettent en avant le travail d’écriture de dix auteurs masculins issus « des mondes noirs » et narrant tantôt avec crudité, tantôt avec violence, une nuit mémorable.

Parmi les écrivains, on retrouve notamment Edem Awumey (Pieds Sales, Seuil, 2009), Julien Mabiala Bissila (dramaturge et auteur d’Au nom du père et du fils et de J.M Weston, pièce lue aux Dramaturgies en dialogue au Théâtre d’Aujourd’hui en 2013), Insa Sané (Sarcelles-Dakar, Éditions Sarbacane, 2013) ou encore Felwinn Sarr (Méditations africaines, Mémoire d’Encrier, 2012).

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE