Festival de Cannes : Le Mauritanien A. Sissako avec son « Timbuktu »

Le cinéaste et producteur mauritanien Abderrahmane Sissako fait partie de la liste très sélect des réalisateurs dont les films sont en compétition pour la Palme D’Or 2014 du Festival de Cannes (14 au 25 mai 2014).

Le cinéaste mauritano-malien présentera son plus récent long métrage de 1h40, Timbuktu, lors de la 67e édition du Festival de Cannes. Il s’agit du seul film africain choisi cette année pour représenter le continent parmi les 18 films en compétition pour le prestigieux des trophées français.

TIMBUKTU-Sissako-jpg
© Arnaud Contreras

Font partie du casting de ce film, Pino, Toulou Kiki, Abel Jafri, Hichem Yacoubi, Kettly Noël et la chanteuse Fatoumata Diawara.

Timbuktu revient sur la crise malienne en insistant particulièrement sur l’occupation de Tombouctou, la « ville aux 333 saints ». Celle qu’on désigne également comme «la perle du désert» a été assiégée en 2012 par des jihadistes, qui ont pillé cette ville inscrite depuis 1998 au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses multiples richesses culturelles (mosquée, mausolées et manuscrits) et historiques.

Abderrahmane_sissako

Abderrahmane Sissako,un peu mauritanien et un peu malien, a fait ses études en URSS. Cet enfant du continent a sur écrire son nom dans les annales du cinéma africain en racontant simplement ses souvenirs.

On lui doit des films comme Octobre, présenté en 1993 dans la section « Un certain regard » du Festival de Cannes ou En attendant le bonheur qui a décroché le prix du meilleur film lors de la 18e édition du Festival du cinéma africain de Ouagadougou, le Fespaco.

Pendant le tournage du film, Arnaud Contreras a réalisé un documentaire avec Jean-Philippe Navarre dans lequel il donne la parole aux principaux acteurs du projet, dont Abderrahmane Sissako. En voici un extrait.

À Cannes, le réalisateur sera en compétition contre trois Canadiens, David Cronenberg (Map to the Stars), Xavier Dolan (Mommy) et Atom Egoyan (Captives) et les Français Olivier Assayas (Sils Maria), Bertrand Bonello (Saint Laurent), Jean-Luc Godard (Adieu au langage), Michel Hazanavicius (The Search) et les Belges Jean-Pierre et Luc Dardenne (Deux jours, une nuit), notamment.

Abderrahmane Sissako ne sera pas le seul Africain sur la croisette cette année. Dans la catégorie Un certain regard, le Franco-ivoirien Philippe Lacôte présentera son premier film Run, un autre film qui aborde une autre crise du continent, cette fois celle qu’a connue la Côte d’Ivoire.

L’Egyptien Omar El Zohairy présentera son court métrage The Aftermath of the inauguration of the public toilet at kilometer 375 dans la sélection Cinéfondation. Il s’agit de la première sélection de l’Égypte dans cette catégorie qui propose seize films (14 fictions et 2 animations) parmi les 1631 qui ont été présentés cette année par les écoles de cinéma du monde entier.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.