Vues d’Afrique : une soirée d’ouverture à l’image des trente ans d’existence

Outre les discours des dignitaires et des responsables de Vues d’Afrique, Aïssa Maïga, la troupe Lamogoya et les parrains Philippe Fehmiu et Dorothy Rhau se sont illustrés, lors de la soirée d’ouverture de la 30e édition du plus grand festival de cinéma africain à l’extérieur du continent, 25 avril au Cinéma Impérial.

Plusieurs personnalités s’étaient déplacées dans la célèbre salle de festival du Quartier des Spectacles pour le lancement des festivités prévus jusqu’au 4 mai. En plus de la représentante de la nouvelle ministre de la Culture, citons l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire, N’goran KOUAME, Guila Thiam, secrétaire général du CIRTEF, et le cinéaste Gaston Kaboré, président de la Fédération Panafricaine des cinéastes et fondateur du plus grand centre cinématographique subsaharien, l’Institut Imagine.

Vues-dAfrique-2014-ouverture-2La soirée était animée par l’infatigable Éric M’Boua qui présente d’ailleurs cette année au festival son documentaire Un dîner pas comme les autres.

Pendant son allocution, la directrice générale Géraldine Le Chêne a tenu à remercier son équipe ainsi que les bénévoles et a profité de l’occasion pour rendre hommage à son père, Gérard Le Chêne, un des instigateurs de ce qui deviendra trente ans après, le Festival international de cinéma Vues d’Afrique.

Prenant la parole aux cotés Gaston Kaboré, M. Le Chêne, président-directeur général international s’est remémoré les débuts du festival. Il a aussi souligné les trente années de jumelage entre Vues d’Afrique et le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

Vues-dAfrique-2014-ouverture-4La marraine du festival, Dorothy Rhau, a fait une entrée fracassante sur la scène et s’est présentée en fidèle du festival, arborant fièrement l’Afrique, tatouée dans le dos par l’artiste Karine Atalla. Devant la tribune qui lui était offerte, elle n’a pas manqué de souligner le manque de diversité culturelle et ethnique dans le cinéma et la télévision québécoise et canadienne.

De son côté, le parrain Philippe Fehmiu a salué Vues d’Afrique, un «festival qui nourrit l’espace médiatique» et qui nourrit aussi les citoyens.

[audio:http://toukimontreal.com/actualites/wp-content/uploads/2014/04/VuesdAfrique-Parrain-2014.mp3]

Accompagnée de la griotte Tapa Diarra, la troupe Lamogoya, composée de musiciens maliens, guinéens et québécois, a présenté un interlude musical festif.

Peu avant le lancement du film inaugural, Aya de Youpougon, l’actrice Aïssa Maïga a reçu le prix Hommage du Conseil international des Radios et télévisions d’expression françaises (CIRTEF).

Marguerite Abouet, écrivaine, scénariste et co-réalisatrice d’Aya de Yopougon n’a finalement pas vu venir à Montréal pour l’occasion.

Finalement, un vin d’honneur organisé par l’ambassade de la Côte d’Ivoire a été offert au public ainsi qu’un buffet de cuisine africaine.

Avec la collaboration de Rosa Hamadouche

Quelques photos de la soirée

 

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.