Soccer et politique internationale à l’Université de Montréal

0

CeriumProfitant de l’engouement entourant la coupe du monde de la FIFA au Brésil, le Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal, le CÉRIUM, propose dans une de ses écoles d’été d’aborder la question du soccer et de la politique internationale, du 2 au 7 juin.

L’objectif, explique le CÉRIUM, est d’analyser les liens entre le soccer et les régimes politiques en Amérique latine, en Europe et en Afrique aussi bien démocratiques qu’autocratiques. «Nous utiliserons cette discipline sportive comme un laboratoire afin de comprendre plusieurs dynamiques politiques d’ordre global, national et régional», indique-t-on.

Dans le cas du Brésil, il sera particulièrement question de la relation étroite entre ce sport et la culture populaire.

Fifa-World-Cup-2014« La Coupe du monde qui commence le 12 juin au Brésil nous pousse à penser à nouveau les relations entre politique et football, relations qui sont multiples et qui méritent d’être observées systématiquement », a indiqué Alberto Vergara, responsable de l’organisation de cette activité.

Au programme, des présentations, des conversations, des projections de films (La historia paralela de Ezequiel Fernández Moores, Looking for Eric de Ken Loach) et des discussions.

Parmi les conférenciers, citonsPeter Alegi (professeur d’histoire au Michigan State University et spécialiste du soccer sur le continent africain), Mariano Siskind (professeur à Harvard et auteur du roman Historia del Abasto), Chistophe Chostwanietz (professeur à John Abbott College et qui s’intéresse aux effets du terrorisme sur les institutions démocratiques), Santiago Roncagliolo (romancier et chroniqueur les week-ends pour le journal espagnol El País),et Jaime Porras (spécialiste des régimes politiques ainsi que de l’éducation en Amérique latine).

Organisée en une dizaine de séances de 3 heures réparties sur une semaine, en matinée et en après-midi, l’école se donne en français, bien que certains conférenciers parlent en anglais.

Le cours est destiné à plusieurs types de personnes : étudiants, citoyens, membres d’ONG et de la fonction publique, diplomates, journalistes et cadres d’entreprises.