Koriass orchestral au Club Soda pour les Francofolies 2014

Fidèle artiste-festivalier des Francofolies depuis 2009, le rappeur Koriass, originaire de Québec, est revenu en force pour l’édition 2014 en performant avec un véritable orchestre au Club Soda ce vendredi 13 juin.

Koriass_marieclairedenis_014Marquer le coup et les esprits : voilà le pari (tenu) que s’est fixé Koriass, en emmenant sur scène, un orchestre composé d’une section de cuivres et de cordes, ainsi que ses compères musicaux, dont DJ Manifest.

Fièrement vêtu d’une chemise à manches courtes et d’un nœud papillon, Koriass, ce poète urbain à l’humour acide, est arrivé sur la scène du Club Soda à 20h, entamant le concert avec Montréal-Nord, l’un des premiers morceaux de son dernier album, Rue des saules, sorti en novembre dernier et dont le lancement montréalais s’est fait au même endroit, le 9 novembre 2013.

S’est ensuite enchaîné, au rythme de la clarinette et des violons, des morceaux comme Devenir fou, 88 Mph, Tsé veut dire ou encore Trouver Dieu.

Généreux dans sa musique, Koriass l’est aussi avec son public, leur lançant à plusieurs reprises des briquets, des DVD, une poupée gonflable ou encore des vuvuzélas pour « turn up la soirée » (sic).

Koriass_marieclairedenis_011Fier de ses loyaux spectateurs qui le suivent depuis son premier album, Les racines dans le béton, sorti en 2008, le rappeur n’a pas hésité à en faire monter certains pour partager avec eux, son micro et ses couplets.

Le show étant, pour l’occasion, filmé, Koriass a fait des allers-retours musicaux, entonnant énergiquement les premières phrases des morceaux issus de son album Petites victoires : Gagnant, St Eustache et Enfant de l’asphalte.

Cette dernière chanson, connue de tous, est largement reprise par un public survolté et passionné, rythmant le refrain (J’trouve qu’le monde est plate, viens-t-en on dégage / J’ai envie d’faire du pouce de Québec à Montréal / C’pour ceux qui prennent la route, seuls avec un backpack x2 / La tête dans les étoiles) à coup de vuvuzélas tonitruant.

Koriass_marieclairedenis_067Défendant un rap drôle et en même temps conscient, voguant autour de thématiques comme la pauvreté, l’injustice de la vie, ou encore l’hypocrisie de la religion, le rappeur au personnage devenu célèbre, Korey Hart, a prouvé une fois encore la pertinence de sa présence sur la scène musicale québécoise.

Récipiendaire d’une bourse de 25 000$, offerte à l’occasion du 25e anniversaire des Francofolies, le rappeur peut se targuer d’avoir fait « jammer » le Club Soda.

Set&Match : les difficultés de faire la première partie

Avant d’offrir une performance d’une heure et vingt à son public,Koriass a été précédé du groupe de rap français, Set&Match, un trio montpelliérain fondé en 2010 – Jiddy Vybbz, Bunk, Faktiss – dont le deuxième album, Tudo Bem, a été promu en France en 2013.

Peu ou pas encore connu du public montréalais, Set&Match a dû faire face à un manque réel d’emballement de la part de l’audience dont les jambes étaient bien ancrées au sol.

Néanmoins, Jiddy Vybbz et ses acolytes, véritables chauffeurs de salle, ont réussi à éveiller l’intérêt en interprétant leurs plus célèbres morceaux : Billet bleu, MTP Bob a Lula, Set et match 2.0 ou encore Sunset.

Ravi de leur première participation aux Francofolies, le groupe a pris le temps de remercier l’organisation ainsi que Koriass avant de quitter la scène, après quarante minutes de représentation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.