Tiken Jah Fakoly lance son dernier appel à l’Olympia de Montréal

0

L’Olympia de Montréal a fait une salle comble avec la prestation de Tiken Jah Fakoly pour l’ouverture de la 28e édition du Festival international des Nuits d’Afrique.

Tiken-Jah-Fakoly-Olympia- 2014-01-Nuits_Afrique À peine arrivé sur la scène dans son habit traditionnel aux sons de la kora, le chanteur ivoirien s’est fait acclamer par l’ensemble de l’Olympia de Montréal. Quelques notes agrémentées de tama et d’instruments traditionnels ont suffi à marquer la transition pour préparer le passage au reggae roots et groove.

Le public n’aura même pas attendu les premières notes chantées par Tiken Jah Fakoly qu’il a souhaité lui aussi scander «Ouvrez les frontières» comme s’il fallait aussi défendre à tout prix la cause panafricaniste avant qu’il ne soit trop tard.

Comme s’il fallait à tout prix être conscient et comprendre la cause en jeu avec l’artiste.

Tiken Jah Fakoly n’a pas eu besoin de parler énormément entre les chansons interprétées.

Tantôt le poing en l’air, parfois quelques mots éparpillés entre les paroles prononcées, le reggaeman a su, une fois de plus, transmettre la raison d’être de son combat pour l’égalité, la justice et surtout la jeunesse africaine.

Tiken-Jah-Fakoly-Olympia- 2014-03-Nuits_Afrique«Tout le monde veut le paradis, mais personne ne veut payer le prix»

Cette seule phrase, tirée du titre de son dernier album «Le prix du paradis», a résonné dans l’enceinte tout comme Diaspora, un duo qu’il signe avec… Alpha Blondy!

«C’est le dernier appel du vol Africa. Mes frères et mes sœurs, vous êtes tous invités», a-t-il dit en chantant le titre principal de son nouvel album éponyme.

D’une voix éraillée, Tiken a invité son public à prendre part à ce long combat en refusant certaines injustices. Ce n’est donc pas un hasard si dans la reprise du titre Y’en a marre, le chanteur a fini le poing en l’air, soufflé coupé, «les enfants soldats…» et au choeur de clôturer «On en veut plus!»

Tiken-Jah-Fakoly-Olympia-02-Montreal- 2014-Nuits_AfriqueSi l’album n’a pas été présenté dans sa totalité, les titres présentés ont eu des échos positifs pour la majorité des présents qui chantaient encore sur la rue Sainte-Catherine.

Il faut tout de même noter quelques difficultés sonores dues à l’acoustique de la salle à plusieurs moments de la soirée qui aura duré un peu plus de deux heures, comptant un rappel du public, heureux et ravi d’avoir pu prendre part au «Dernier Appel».

La soirée a commencé par la prestation du talentueux Élété. Avec sa voix marquée par quelques influences allant de Lokua Kenza à Richard Bona, le chanteur aux racines tchadiennes, également membre du groupe H’Sao, a su charmer et préparer la salle à l’arrivée tant attendue de Tiken Jah Fakoly.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.