Fabrice Éboué entame avec succès “Levez vous!” à Montréal

Comme à son habitude, Fabrice Éboué a fait montre de son talent scénique et de son art de la parole. Toujours aussi corrosif, le Franço-camerounais présente son nouveau spectacle, Levez-vous, au Monument National jusqu’au 23 juillet, dans le cadre des Têtes d’Affiches du festival Juste pour rire.

Fabrice-Eboue-JPR2014-6L’humoriste aime Montréal et après avoir réussi à séduire le public québécois avec Faites entrer l’accusé, il revient encore plus incisif que jamais pour confirmer tout le bien que le Québec pense de lui.

D’entrée de jeu, le ton est donné, une arrivée sur scène sous fo  nd de musique rock et la première vanne fuse déjà : «Bienvenue dans le quartier des toxicos».

Fabrice Eboué excelle dans l’attaque gratuite des communautés visibles ou invisibles, comme il le souligne si bien. Ici à Montréal, il ne peut que se régaler.

Les premiers visés, les Français, ceux du Plateau qui préfèrent ne pas se mélanger alors qu’ils sont les premiers à donner des leçons d’intégration. Le style Éboué, c’est simple: il tape fort, il choque pour faire rire et ça fonctionne très bien. Le public rit. Il a travaillé son sujet montréalais et arrive parfaitement à jongler avec les références québécoises et françaises sans perturber quiconque dans la salle.

Fabrice-Eboue-JPR2014L’humoriste ne peut s’empêcher d’avoir ses propres souffre-douleur, le faux couple gay, le conservateur ou même le «criss de branleur» sont égratignés assez régulièrement pendant 1h30.

Fabrice Eboué, debout 90 % du temps, prouve minute après minute que pour lui, on peut rire de tout : des Arabes, des Noirs, des homosexuels, des femmes, des hommes, des Asiatiques, des Français, des drogués, des alcooliques, des pédophiles, des cannibales, des prêtres, etc….

Il touche tout le monde sans exception, et ça peut faire mal. Sa devise du nécrophile travaillant dans un cimetière en est le parfait témoignage : «Une femme morte c’est comme la mer, elle est froide, mais une fois que tu es dedans… elle est bonne».

Il revient avec beaucoup de dérision sur son enfance, sa famille de gynécologues, ses ratés en amour ou même ses premières relations avec le rhum. On ne sait pas si tout est vrai, en tout cas c’est drôle et c’est ce qui importe.

Il ne s’empêche de commenter certaines actualités, le procès d’Oscar Pistorius, les investissements du Qatar en France qui se développent et aussi  son regard sur le sida qu’il reconnaît lui-même comme une maladie «grave, mais qui rappelle aussi de bons moments».

Fabrice-Eboue-JPR2014-9Les sujets peuvent être graves, il s’en amuse encore plus. Il n’a pas de limites, au plus grand plaisir de la salle. Un dernier plaisir est offert au «criss branleur»: partager sur scène un verre de rhum avec lui. Le spectacle se termine, le public en redemande et réalise que c’est passé trop vite.

Levez-vous est une réussite pour Fabrice Éboué, le ton est là, sa qualité d’écriture fait mouche et son aisance avec le public est un régal à voir.

Ce garçon de 36 ans, aussi acteur et scénariste de films (Case départ et le Crocodile du Botswanga, avec son compère Thomas Ngijol) est une valeur sûre du stand-up français, un talent confirmé à découvrir ou à revoir.

Talent passé par le Jamel Comedie Club, Fabrice Éboué ne cesse de confirmer tout le bien qu’on peut y penser, ne cherchant pas à prendre la grosse tête, car comme il le souligne pour clore son spectacle, «Hitler, c’est juste un comique qui s’est emballé».

 

 Fabrice Éboué est en spectacle au Monument national,du 8 au 12 juillet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.