Youssoupha Diaby à la conquête de Montréal

L’humoriste français Youssoupha Diaby est de passage à Montréal dans le cadre du festival Zoofest. Touki Montréal a assisté à son spectacle sur la scène de l’Espace Zoofest, le 10 juillet.

Youssoupha-Diaby-Zoofest-2014-03En 30 minutes chrono, Youssoupha s’est mis une audience des plus hétéroclites dans la poche. Comment ne pas succomber à cet humour si vif et rafraîchissant? Il n’a certainement pas fait preuve d’une immense originalité dans le choix des termes abordés. En revanche, sa vision du monde, son approche et surtout son jeu de scène ont su faire toute la différence.

Comme il le dit d’entrer de jeu, il n’est pas un DVD. Le public est donc invité à participer. Ce ne sera pas une mince affaire pour l’humoriste, mais une poignée de spectateurs se plieront tout de même au jeu. Les retardataires en prennent pour leur grade le temps de deux blagues, mais très rapidement le public se sentira comme chez lui.

« Un portefeuille Louis Vuitton coûte 500 euros. Qu’est-ce que tu veux mettre dedans une fois que tu l’as acheté? »

Youssoupha-Diaby-Zoofest-2014-04Le jeune homme traite son auditoire avec soin. Son spectacle est d’ailleurs adapté à son audience. Des parallèles entre Paris est Montréal rappellent à quel point les deux villes sont si différentes, surtout les habitants!

Cet effort d’adaptation a été très apprécié malgré quelques maladresses. En voulant expliquer le calvaire que peuvent vivre les personnes de grande taille, l’humoriste ne s’est pas exprimé en pieds et en pouces : « Je mesure 1m90 depuis l’âge de 6 ans ». Sa prononciation de la rue René Lévesque laissait également un peu à désirer.

Dans son spectacle, Youssoupha Diaby parle de cette génération qui a grandi dans un environnement où plusieurs cultures s’entrechoquent. Cette multiethnicité, il l’a traite avec brio. Mais qui dit ethnie dit aussi stéréotype. Son autodérision sur le sujet rappelle que nous sommes tous l’étranger d’un autre.

S’il fallait désigner un moment fort, ce serait sans aucun doute celui où il fait une analogie entre l’école et la prison : « Le collège Jean Moulin, je connais j’ai fait 3 ans là-bas. » Avec Youssoupha sécher les cours revient à s’évader de prison.

Bref, vous l’aurez compris, le spectacle de Youssoupha Diaby est à ne pas rater. Vous avez jusqu’au 16 juillet pour aller l’applaudir alors pressez-vous! Ce sera d’ailleurs l’occasion de discuter avec lui après le spectacle. Lorsque Touki Montréal a assisté à la représentation, l’artiste s’est en effet présenté à la sortie et il a serré des mains, pour le plus grand plaisir de ses admirateurs.

« Ça doit durer super longtemps quand une girafe a envie de vomir. »

Dimanche 13 juillet à 20 h 30 | Mercredi 16 juillet à 20 h 30 | Espace Zoofest

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE