Crash du vol AH5017 d’Air Algérie : la communauté burkinabé de Québec attristée

Air-Algerie-Logorès d’une dizaine de ressortissants de ce pays d’Afrique de l’Ouest ont perdu la vie dans l’écrasement du vol AH5017 d’Air Algérie dans le nord du Mali.

Depuis l’annonce de noms de ces victimes, les associations sur terrain s’activent pour aider les proches. C’est le cas de l’Association des ressortissants du Burkina Faso du Grand Montréal qui organise une collecte de biens (tresor@abgmca.org), mais également de l’Association des Burkinabés d’Ottawa et de l’Outaouais (ABOO).

Dans la région de Montréal, la famille Somda (Win Malo, Angelique, et leurs enfants Arielle et Nathanael) fait partie des passagers tout comme le Wilfried Somda, 31 ans, le frère de Winmalo. Sa femme Rita Samhouidi, mère d’une petite fille,  n’avait pas pu prendre part au voyage parce qu’elle entend un garçon qui devrait naître bientôt.

En Outaouais, Mamadou Zoungrana a perdu sa femme Salimata Zoungrana et ses deux enfants Ahmed Brice Davy Zoungrana et Junior Zoungrana.

Faisaient également partie des passagers, Kadidia Koanda et son fils Aboubacar Yameogo qui devaient aller rejoindre leur mari et père, Bassirou Yameogo, dans l’arrondissement de Jonquière, au Saguenay.

Angélique Kpoda et  Sandwidi Bikyenga, font également partie des passagers à bord du vol AH5017 et qui devaient atterrir à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

Air-Algerie-TragedieParti de Ouagadougou (Burkina Faso), le vol AH5017 devait se rendre à Alger (Algérie), mais s’est écrasé 50 minutes après le décollage dans le nord du Mali, dans la région de Gossi, jeudi matin. Au total, 118 personnes y ont laissé la vie.

Au nom du gouvernement, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a offert ses plus sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes.

«Cette terrible tragédie s’ajoute à celle vécue par les citoyens de plusieurs pays au cours des derniers jours, a-t-il indiqué dans un communiqué. J’ai aujourd’hui une pensée toute particulière pour les familles et les proches de nos concitoyens du Québec qui étaient à bord de cet appareil. Le gouvernement du Québec collabore avec le gouvernement fédéral et les autorités locales au Mali afin, notamment, de s’assurer que la suite des choses se déroule dans le respect des familles.»

Par ailleurs, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, et la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, se sont assurés que les intervenants du réseau de la santé et des services sociaux soient mis à contribution pour soutenir les gens dans le besoin.

« Nos équipes sont déjà à pied d’œuvre afin d’offrir un soutien, si nécessaire, aux familles touchées », a indiqué le ministre Barrette.

« Si des gens en ressentent le besoin, toutes les communautés disposent de groupes d’entraide, qui pourront permettre aux personnes qui craignent les transports ou qui vivent un deuil, à la suite des récents accidents, de trouver des solutions pour traverser cette épreuve », a ajoutéla ministre Charlebois.

Au Burkina Faso, les autorités ont décrété un deuil national de 48 heures, les 25 et 26 juillet 2014 à partir de 6h00, suite à la tragédie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.