Reda Saoui et Bruno Ly se livrent à l’Espace Zoofet

Les Montréalais Réda Saoui et Bruno Ly ont présenté le 24 juillet la première représentation de leur spectacle en Double tête d’affiche à l’Espace Zoofest, un moment intime où les deux compères ont fait montre d’un talent indéniable.

Bruno_Ly_Courtoisie_Zoofest20142 Chacun des deux Montréalais a eu une trentaine de minutes pour plonger les spectateurs dans leur univers. L’honneur est revenu à Bruno Ly, enfant de diplomate, occidentalisé à l’os de déconstruire l’image de l’Africain qui a eu du mal à s’intégrer.

«On a travaillé fort», a lancé d’emblée Bruno, 31 ans, d’origine sénégalaise. «Enfin, il y a un blanc qui nous donne une chance», a-t-il ajouté, mettant la table pour plusieurs bons moments.

Avec son sourire jamais très loin et son look qui fait penser à Kanye West, il a enchaîné les sujets : les préjugés, le multiculturalisme (forcement), mais aussi la différence et les problèmes de couples.

Faute de pouvoir se lever tôt, Bruno Ly explique notamment qu’il a décidé de faire une croix sur les horaires standard de travail. Et il assume les conséquences. Notamment quand il se fait larguer. «Bruno t’es funny, mais je préfère le chauffage».

Les matantes de Matane,  l’industrie du cinéma québécois et les hommes québécois ont aussi goûté à sa médecine.

Reda_Courtoisie_Zoofest20142Quant à Reda, 28 ans, qui a changé son nom de Senoussaoui en Soui (pour des raisons que le lecteur comprendra…), il a su, dès son entrée, décrisper les spectateurs les plus récalcitrants.
Son prénom Reda signifie satisfait en arabe, ce qui n’est pas forcement simple à porter. Sur scène, l’humoriste captive l’attention avec sa belle mimique et sa présence scénique.

On lui pardonnera son accent africain moins à propos, mais pour ce qui est de son numéro sur les homosexuels musulmans ou sur celui de la gifle, chapeau l’artiste.

«Les Noirs sont toujours en retard. Ça existe des noirs organisés, comme le crime!»

Partagé entre deux cultures, l’architecte de formation a été révélé en 2009 par le Couscous Comedy Show, où il participe à plus d’une cinquantaine d’éditions de ce spectacle. «Mon but est de rendre le sourire aux gens, de les faire rire à en mourir; et ça, dans le meilleur ou le pire des mondes», souligne-t-il sur sa page Twitter.

Bref, Réda Saoui et Bruno Ly ont réussi avec brio leur pari de faire rire le public qui s’était déplacé en nombre pour le spectacle qui affichait complet. Sans tabou, sans limites, ils ont proposé un spectacle drôle qui s’appuie comme souvent sur leur petite expérience de la vie.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE