Le Festival International du Film Black de Montréal 2014 rend hommage à Spike Lee

Le Cinéma Impérial s’est mis sur son trente-et-un, ce 24 septembre, pour la première mondiale du film Da Sweet Blood of Jesus et la remise du premier prix Précurseur. Tapis rouge, photo call, cocktail, une armada de journalistes, la fondatrice du FIFBLM, Fabienne Colas, a vu en grand pour accueillir l’invité d’honneur de cette soirée.

FIFBM_Spike-Lee-Suban-Colas-01C’est à 17 h que les festivités ont commencé au Cinéma Impérial. Les invités se sont succédé sur le tapis rouge pour le plus grand plaisir des photographes et vidéojournalistes.

Le réalisateur a fait son entrée sous les crépitements des flashs visiblement surpris par cet accueil. Peu de temps après, c’est le joueur des Canadiens de Montréal, PK Subban qui a foulé le tapis rouge.

En observant cette chorégraphie parfaitement maîtrisée des invités, organisateurs et médias, on ne peut que constater l’incroyable chemin parcouru par Fabienne Colas, Émile Castonguay et leurs collaborateurs.

Pour cette 10e édition, tout est sous contrôle. L’organisation n’aura jamais été aussi bonne.

La grande surprise de la soirée a été Spike Lee lui-même. Quelle déception! Qu’est donc devenu cet homme engagé et tourné vers son public?

FIFBM_Spike-Lee-01Alors que l’organisatrice du festival lui remettait le prix précurseur 2014 – prix qui vient d’être créé cette année – le récipiendaire s’est montré laconique.

La faute à qui? Le décalage horaire? L’humilité? L’ennui? La surprise était palpable. Mais la maîtresse de cérémonie, l’animatrice et journaliste de Global news, Jamie Orchard, a su rebondir.

Après la projection de son film Da Sweet Blood of Jesus, Spike Lee s’est plié à la traditionnelle discussion avec le public. Une discussion dont nous nous serions bien passées.

Entre les questions stupides (purs prétextes pour s’adresser au réalisateur), ceux qui ne cherchaient qu’à collaborer avec Spike Lee et la mauvaise humeur de ce dernier, le ridicule était à son apogée en cette fin de soirée.

D’ailleurs, le « baromètre cinématographique » n’a pas menti : une grande partie du public a déserté la salle.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE