Francophonie: l’Afrique compte et comptera toujours

L’Afrique subsaharienne reste l’endroit au monde où le français connait la plus forte hausse, certains pays frôlant le 30 %, selon des données dévoilées par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dans son rapport La langue française dans le monde 2014, publié aux éditions Nathan.

Clément Duhaime, Administrateur de l’OIF, et Alexandre Wolff, Responsable de l’Observatoire de la langue française présentent le nouveau rapport (©Cyril Bailleul/OIF)
Clément Duhaime, Administrateur de l’OIF, et Alexandre Wolff, Responsable de l’Observatoire de la langue française présentent le nouveau rapport (©Cyril Bailleul/OIF)

Réalisé par l’Observatoire de la langue française de l’OIF, cette nouvelle édition du rapport a pour objectif de renseigner spécialistes et grand public en leur fournissant des données fiables sur la situation de la langue française dans plusieurs domaines.

L’ouvrage est préfacée par Abdou Diouf, Secrétaire général sortant de la Francophonie.

“Le français bénéficie de la croissance démographique des pays d’Afrique subsaharienne dont les systèmes éducatifs, bien que rencontrant des difficultés de natures quantitative et qualitative continuent d’accorder une place privilégiée à cette langue”, souligne-t-il d’ailleurs.

Rapport-Francais-Francophonie-2014Ainsi, l’OIF soutient que le français compte cette année 274 millions de locuteurs, soit une hausse de 7 % comparativement au précédent rapport de 2010. Conséquence, le français est la cinquième langue parlée dans le monde.

« La langue française est dans le peloton de tête par le nombre de ses locuteurs. Elle est la seule, avec l’anglais, à présenter autant de caractéristiques d’une langue mondiale. Elle n’est exclue d’aucun secteur des activités humaines, pas même l’économie ou le numérique, même si une tendance à l’unilinguisme anglais la pénalise comme toutes les autres langues», a déclaré dans un communiqué Imma Tor Faus, directrice de la langue française et de la diversité linguistique de l’OIF.

Différentes formes de français ont émergé en Côte d’Ivoire : le « français ivoirien » et le nouchi. Langue d’emprunt à l’origine, le français fait à présent l’objet d’une totale appropriation par les Ivoiriens, ce dont la richesse du vocabulaire du français « local » atteste. Extrait du rapport

Toujours dans le rapport de l’OIF, on indique que c’est en Afrique du Nord et au Moyen-Orient qu’on trouve la majorité de personnes qui apprennent le français (52 %), suivi par l’Europe (22 %) et les Amériques et Caraïbes (13 %).

Le rapport renseigne également sur le français, langue des immigrants au Québec. L’immigration francophone, en provenance d’Afrique notamment s’est accrue de façon significative au fil des ans, et entre autres au Québec. En 2011, le Canada comptait quelque 6,8 millions de population immigrante, ce qui représente une croissance de 24,4 % au cours de la dernière décennie.

Il y a également des informations sur les grands pays africains d’immigration au Québec, soit le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, la Tunisie et la République démocratique du Congo qui constituent plus de 70 % de l’ensemble des immigrants africains établis au Québec. Ailleurs, au Canada, Afrique du Sud, Nigeria, Égypte, Éthiopie, Kenya et Somalie sont les principaux pays africains d’immigration.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.