Black Umfolosi: chants a capella, danses et fous rires

Le Cabaret du Mile End  a vibré  aux sons des chants et des danses zoulous, dimanche soir, grâce au groupe zimbabwéen Black Umfolosi. C’est sous de chaleureux applaudissements que le quintette, renommé Black Umfolosi 5 pour l’occasion, est monté  sur la scène de la salle montréalaise à 20h30.

Black-Umfolosi-2014Vêtus d’habits traditionnels, les cinq Zimbabwéens ont littéralement envoûté le public par la seule force de leurs voix. C’est sans compter leur incroyable talent de danseurs.

En solo ou en groupe, les membres du quintette ont exécuté des pas de danse parfaitement synchronisés et quelques acrobaties.

Bonne humeur garantie

Lors du spectacle, les interprètes Black Umfolosi n’ont pas hésité à faire un peu d’humour, pour le grand bonheur de l’auditoire.

«Qui veut célébrer l’amour avec nous ce soir?», a demandé  un membre du groupe. Deux mains se sont levées dans la salle et ce dernier de répondre: «C’est bien vrai ce que l’on dit. Peu de gens sont en amour à Montréal! On va prendre toutes les femmes d’ici pour les emmener en Afrique», s’est-il amusé, engendrant un fou rire général dans la salle.

Black-Umfolosi-2014-2Tout au long du spectacle, les harmonies vocales de Black Umfolosi ont pris des faux airs de conte. Entre chaque chanson, chacun des interprètes a, à leur tour, gratifié au public une explication du morceau qui allait suivre. Tout cela a contribué à donner une autre dimension à la représentation du groupe zimbabwéen.

Leurs messages d’amour et de paix ainsi que leurs diverses anecdotes ont transporté le public montréalais sur le continent africain en ce début de période hivernale.

Les membres de Black Umfolosi ont interprété des classiques de leur répertoire tels que Take Me Home ou encore Mbube. Cette dernière pièce, écrite en 1939 et également connue sous le titre The Lion Sleeps Tonight, est certainement la chanson zoulou la plus connue dans le monde. Par la suite, le quintette a interprété la version anglaise du morceau sous le regard conquis du public.

Mémorable «Gumboot Dance»

Black-Umfolosi-2014-3À la fin du spectacle, les Black Umfolosi sont arrivés torse-nu sur scène, portant des casques de mineur et des bottes en caoutchouc, pour effectuer leur fameuse danse «gumboot» (de l’anglais bottes en caoutchouc).

Cette danse typique sud-africaine, qui revêt un aspect hautement revendicatif, a vu le jour au début du 20e siècle sous le régime de l’Apartheid. Elle s’est par la suite répandue dans d’autres pays africains.

Les Black Umfolosi ont exécuté la danse «gumboot» avec beaucoup d’énergie le tout saupoudré d’un zeste d’humour.

Une chose est sûre: le groupe zimbabwéen, dont la dernière visite à Montréal remontait à 2009, a su captiver le public grâce à un spectacle varié et haut en couleur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.