Ambiance malienne à la Sala Rossa avec Romain Malagnoux

C’est un voyage en Afrique de l’Ouest, au Mali plus précisément, qu’à proposé Romain Malagnoux et ses musiciens lors de leur passage à la Sala Rossa de Montréal, le 26 novembre dernier.

Romain Malagnoux_Sala-Rossa-John-Nais.01Le guitariste et chanteur français, installé à Québec depuis plusieurs années, a présenté son album Les Frontières Imaginaires qu’il a réalisé en collaboration avec le musicien malien Moustafa Kouyaté, le fils du virtuose Bassékou Kouyaté.

Faute de visa, Moustafa Kouyaté n’a pas pu venir défendre les morceaux de cet album au Canada. Mais Romain Malagnoux s’est tout de même entouré d’une belle équipe pour présenter ce disque à forte influence malienne sur scène.

Ce soir-là, vers 22 heures, le Québécois d’adoption est monté sur les planches de la Sala Rossa en compagnie des trois musiciens Salif «Lasso» Sanou, Marc Fournier, Donald Dogbo, et de la choriste Tapa Diarra.

Romain Malagnoux_Sala-Rossa-John-Nais.02 C’est Sanou qui a eu la lourde tâche de remplacer Moustafa Kouyaté sur scène. Un défi que le musicien burkinabé a su relever grâce à ses talents au n’goni (une petite guitare africaine ancêtre du banjo), à la flûte Peule et aux percussions.

Un public réceptif

Après une première partie un peu timide, les musiciens ont pris leur aise à la deuxième partie du spectacle, aidés par un public plus que réceptif qui n’hésitait pas à se déhancher sur les rythmes parfois endiablés des compositions de Malagnoux et de Kouyaté.

Romain Malagnoux et ses comparses ont présenté les titres de l’album «Les Frontières Imaginaires» sorti sous l’étiquette des Disques Nuits d’Afrique en 2013.

Enregistré dans le studio de Salif Keita, à Bamako, ce disque a été sélectionné cette année au Gala de l’ADISQ dans la catégorie de l’album de l’année – musiques du monde.

Romain Malagnoux_Sala-Rossa-John-Nais.03Tantôt mélancoliques et profondes, tantôt énergiques et dansantes, les titres de Malagnoux et Kouyaté ont pris une tout autre dimension sur scène.

Parmi les moments forts du spectacle, nous pouvons compter l’interprétation de «Fiin Kouma», un titre aux airs orientaux qui a fait danser le public. La ballade «La Paix» était particulièrement touchante, grâce, notamment, à la forte résonnance du n’goni sur le morceau.

La pétillante choriste a interprété seule le morceau «Diarabi». Après une première partie plutôt langoureuse, cette chanson est devenue plus rythmée et dansante, pour le plus grand plaisir de l’auditoire qui ne boudait pas son plaisir.

L’afro-folk-blues franco-bambara de Moustafa Kouyaté et de Romain Malagnoux a fait son petit effet sur scène. Talentueux et énergiques, les musiciens ont assurément réussi à rejoindre leur auditoire. À découvrir si vous êtes amateurs de musique africaine.

Pour écouter l’album sur Bandcamp: http://moustafaetromain.bandcamp.com/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.