Volcaniques: une anthologie du désir, sous la direction de Leonora Miano

Fort du succès et de l’écho du précédent ouvrage collectif, Leonora Miano récidive dans le genre en s’appuyant sur 12 femmes également du monde «noire» qui laisse aller leur imagination sur le thème du plaisir féminin.

Anthologie du plaisir- MianoAvis aux prudes de service, cet ouvrage en est un de créativité et d’expression sur un sujet universel. Écris par des femmes, il pourrait être pour l’autre sexe, la «clé du grand mystère que semble être, pour certains, le plaisir féminin», souligne à juste titre Leonora Miano, auréolé en 2013 du prix Femina pour son sublime roman La saison de l’ombre.

Premier constat, Miano a choisi 12 femmes, «auteure du monde noir». Essentiel ce qualificatif? Il faut lire l’oeuvre de la Franco-Camerounaise pour tenter de comprendre son combat.

Dans tous les cas, le lecteur sera transporté dans les rues d’Afrique, particulièrement du Cameroun. Autant se le dire, les meilleures histoires de ce livre de 220 pages se déroulent au pays du chanteur camerounais Petit Pays, l’avocat défenseur des femmes.

Même la Martiniquaise Fabienne Kanor a jugé bon d’ancrer son histoire à Bastos, quartier chic de Yaoundé. Hemley Boum, Nathalie Etoke, Axelle Jah Njike, Elizabeth Tchoungui sont les autres auteures de ce monde noir d’Afrique centrale.

«Galipette sans lendemain», «chemin étroit, jamais exploré», «les hommes sont faibles. Surtout au lit», «lapait à petits coups de langue de chaton son intimité» sont quelques-uns des moments et situations cocasses et loufoques que décrivent ces femmes aux récits volcaniques.

Si l’oeuvre de Miano vise souvent à resituer les peuples subsahariens et afrodescandants dans la globalité de l’expérience humaine, avec ces ouvrages, elle tend à prouver que le désir « noir » n’est ni plus ni moins comparable à celui des autres, même dans un contexte qu’on devinerait à tort purito-traditionaliste.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE