Bannir le couteau de l’excision d’Erica Pomerance à Vues d’Afrique 2015

L’année 2015 est l’occasion pour Vues d’Afrique de fêter sa 31e édition et de renouer avec des thèmes sociaux, comme le drame des mutilations génitales féminines (MGF) qui sévit toujours dans de nombreux pays du continent africain. Érica Pomerance avec Bannir le couteau de l’excision a posé sa caméra au Mali, et notamment à Bamako, où de nombreuses femmes sont encore victimes de cette tradition qui viserait à «rendre» la pureté à la femme.

Le court-métrage d’une vingtaine de minutes d’Érica Pomerance propose une véritable plongée au cœur d’une caravane des jeunes, lieu de débat et d’éducation sociale, faisant le tour de différentes institutions scolaires.

En partenariat avec Forward Germany et l’Association pour le Progrès des Femmes Maliennes (APDF), la caravane des jeunes établit un véritable dialogue et un véritable temps de partage, cette fois-ci, autour de la question de l’excision, les origines et les raisons de cette tradition et les conséquences graves voire mortelles, encourues par les jeunes filles excisées.

bannir-le-couteau-de-lexcisionCe sont des hommes et femmes issus de différents parcours professionnels qui forment l’audience, dynamique et curieuse, à laquelle s’adressent les agents de santé et les représentants de différents organismes non gouvernementaux comme Amnistie internationale.

Ces derniers ne s’imposent pas comme de savants moralisateurs, mais bien comme des modérateurs de discussion, souhaitant avant tout faire naître une certitude dans l’esprit des jeunes Maliens plutôt que de l’imposer par la force et la culpabilité.

Ainsi, ce qu’Erica Pomerance filme avec justesse, c’est avant tout la prise de parole du public, que l’on questionne, que l’on bouscule, et que l’on amène doucement, consciemment et surtout volontairement vers la reconnaissance de l’excision comme un acte de défiguration du corps de la femme et non comme une coutume ancestrale saine et sans risques.

La force (presque subversive) du court-métrage réside notamment dans les discours parfois contradictoires ou clairement pour la poursuite de cette pratique, rappelant à quel point les mentalités sont extrêmement difficiles à changer et que toute opinion, aussi terrible soit-elle, doit avoir sa place dans un débat pour permettre la contradiction et l’avancement des idées.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.