Expliquer l’origine des musiques d’aujourd’hui – Betty Bonifassi

betty_bonifassi eBRExaltée par la question des droits humains et de l’égalité, Betty Bonifassi aspire à un monde meilleur pour demain, une société dans laquelle les hommes ne seront plus que des terriens. En entrevue avec Touki Montréal l’ancienne de Beast est revenue sur son album, ses origines et même sur son avenir.

Betty Bonifassi avait envie de se plonger dans cette musique qu’elle décrit comme le lien manquant entre les polyphonies africaines et le blues. Son album éponyme est sorti en septembre 2014. Il y a également plusieurs spectacles, notamment à Montréal en Lumière l’hiver dernier et au Festival de jazz, en 2014.

Betty-Bonifassi-Jazz2014-FIJM-6Si elle estime qu’il s’agit avant tout de parler d’espoir, Betty s’inquiète toutefois que le monde revienne à des situations dans lesquelles certains hommes étaient assujettis à d’autres. La situation dans certains pays d’Afrique et dans certains États américains l’inquiète notamment.

Musicalement, la chanteuse de BEAST est très fière de son projet. Et il y a de quoi. Outre l’accueil triomphal des critiques et du public d’ici, les premiers retours en France et aux États sont assez positifs, dit-elle.

Les voisins du sud, assure-t-elle sont même très intrigués. «Moi je suis sûr […] que si Oprah entend qu’une femme blanche, Italiano serbe est allée faire un chant hommage aux chants d’esclaves, ça va l’intéresser». Voilà, le message est lancé.

Betty ne veut pas savoir ce qui se passera dans sa vie future. «Tout ce que je sais, c’est que plus je vieillis, plus j’essaye de vivre dans l’instant présent, dit-elle. La musique n’est pas un monde facile, humainement, en groupe et aussi pour une femme qui crée. Ce n’est pas simple. »

Betty-Bonifassi-Jazz2014-FIJM-7« Je ne pose pas trop de question, ajoute la chanteuse. Je trouve ça formidable que je puisse avoir un projet aussi barré. J’ai un concept musical qui existe, qui touche, qui attise la curiosité et sur lequel il y a des choses à dire. »

Pourtant, un projet bien particulier trotte dans sa tête. « Moi ce que je souhaite, c’est faire une tournée ou je puisse la journée aller dans des lycées, ou des collègues ou des cégeps, [ici comme en France ou aux États-Unis] pour aller parler de l’esclavage et ensuite le soir, faire un show», explique l’artiste.

« Je trouve ça génial d’expliquer aux jeunes que toute la musique qu’il écoute aujourd’hui vienne de ces gens », précise-t-elle encore.

Retour en photos sur son spectacle au Festival de jazz

Photos: ® Frederique Menard  Aubin, Courtoisie : Festival international de jazz de Montréal

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.