Nuits d’Afrique: pour son retour, Zebda a mis le feu au Métropolis

Le Festival international Nuits d’Afrique s’est ouvert, le mardi 07 juillet, avec la formation française Zebda, au Métropolis de Montréal. De retour au Québec, le groupe originaire de Toulouse a offert deux heures d’intenses retrouvailles avec le public montréalais, dans une ambiance caniculaire…. à faire tomber sa chemise pour les plus motivés.

Zebda-FINA2015-Touki-Montreal-39Plus de douze ans qu’ils n’avaient foulé le sol québécois. C’est vous dire l’attente suscitée auprès des Montréalais et de la communauté française, pour un groupe qui a l’habitude de ne jamais décevoir sur scène.

Cette longue absence est dûe, en partie, à une pause dans leur collaboration en 2008, pour un retour ensemble en 2011.

Plus en formes que jamais pour un retour dans une salle (pleine) qu’ils connaissaient, les membres de Zebda ont enflammé le public du Métropolis en faisant un tour d’horizon de leurs albums.

Après un début enthousiaste avec “Y’a pas d’arrangements”, les Toulousains réussissent à se trouver un point commun avec les Québécois : l’accent.

« Ce qui est bien avec vous au Québec, c’est que vous avez un accent », ce qui leur permet d’introduire leur chanson sur leur propre accent. Une similarité qui enchante le public.

Zebda-FINA2015-Touki-Montreal-33Magyd Cherfi et les deux frères, Mustapha et Hakim Amokrane, leaders de la formation, ont une belle carrière d’artistes engagés depuis leur premier album, “Le bruit et l’odeur”, sorti en 1995.

Leur gros succès arrive en 1998 via l’album, “Essence Ordinaire”, avec la chanson “Tomber la chemise” qui marquera la renommée du groupe. Engagés et militants de gauche, le groupe s’est reformé en 2011 et depuis deux albums ont été produits : “Second Tour” et “Comme des cherokees”.

“On se sent chez nous ce soir”

Le groupe le dit “On se sent chez nous ce soir” et la scène du Métropolis a des allures de place du Capitole à Toulouse lors d’un concert donné par le groupe.

Chez eux, ça saute beaucoup pour un côté festif des plus appréciés. Un hommage est rendu aux chibanis, les anciens immigrants venus en France travailler, depuis retraités et qui ne perçoivent pas les mêmes droits à la retraite par rapport aux retraités de nationalités françaises. Extraite de l’album “Comme des Cherokees”, cette chanson est dans la lignée de l’engagement politique du groupe.

Retour à des sujets plus frais avec la chanson “Oualalaradime”, vieux succès qui n’a pas perdu une ride.

Cela se voit, les gens sautent, la température de la salle a augmenté de plusieurs degrés. Le message militant est régulièrement rappelé entre les chansons.

Avec pugnacité, ils s’insurgent sur les conditions des immigrants qui cherchent à sauver leurs familles et félicitent le peuple grec pour son élan de démocratie suite au dernier référendum de dimanche dernier.

Zebda-FINA2015-Touki-Montreal-2«Bravo à la Grèce pour sa leçon de démocratie, grosse dédicace au peuple grec », lance Mouss.

Zebda, ce n’est pas que de l’engagement dans ses propos, c’est également un cours de danse improvisée avec Magyd ou encore un passage de Mouss et Hakim dans la fosse du Métropolis.

Ils donnent de leur personne, sautent, courent et haranguent le public avec l’aide de leurs musiciens, aussi énergiques qu’eux.

La fin du concert approche et c’est le moment pour la formation toulousaine de lancer un compte à rebours pour introduire leur plus gros succès, “Tomber la chemise”. Ambiance garantie dans la foule avec une version allongée complètement folle.

Le rappel est demandé naïvement par le public. “Vous le saviez qu’on allait revenir” lance Mouss et c’est pour finir en beauté que le groupe est revenu.

Profitant du passage du serveur avec son plateau de bières, les trois chanteurs se servent sans hésiter trois bières pour trinquer avec le public.

Plusieurs chansons sont incluses dans le rappel, “Les petits pas”, “Un je ne sais quoi”. Leur revendication contestataire est toujours aussi présente.

Ils n’hésitent pas à fustiger, une dernière fois, les propos racistes de l’ancien président français, Jacques Chirac, avec la chanson “Le bruit et l’odeur”.

Zebda-FINA2015-Touki-Montreal-11Avant de quitter définitivement la scène, ils ne pouvaient pas, eux les engagés, ne pas partir sans avoir interpréter “Motivés”, leur chanson politique.

C’est le groupe Syncop, qui a lancé la soirée avec son reggae, hip-hop et raï, entre autres. Un beau succès pour le groupe qui a lancé une soirée d’ouverture des plus réussies pour cette nouvelle édition du Festival Nuits d’Afrique.

Douze ans après, Zebda n’a pas perdu une ride musicale, on appelle ça un retour réussi.

Aux sourires du groupe s’ajoutent, une belle ovation méritée.

La tournée québécoise n’est pas terminée puisqu’après Montréal était prévu un arrêt par Sherbrooke, avant la fin du périple, au Festival d’été de Québec.

 


Photos: Manish Ramloll

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE