Melokaane, le deuxième album d’Elage Diouf

Cinq ans après  la sortie de son premier album, Elage Diouf est de retour avec un nouvel opus, Melookane.

Composé de 12 titres, cet album un peu plus rock, reggae, RnB, jazzy et même pop n’en est pas moins world. L’opus s’ouvre sur une ode à Mandela, l’ancien président sud-africain qui incarnera la notion de paix jusqu’au dernier souffle de la terre.

Elage-Diouf-MelokaaneLes arrangements de Melookane sont bien soignés tout comme la facture sonore. L’album est coréalisé par Élage Diouf et Alain Bergé.

Comme c’était déjà le cas avec Aksil, le deuxième album d’Elage aborde plusieurs sujets : l’intégration des immigrants, la résilience et les autres problématiques de la vie.

Si la plupart des titres sont en wolof, la chanson Sankara, autre dédicace à un ancien président africain (Burkina Faso) est le seul titre en français.

Probleme yi ressemble à ces chansons sur lesquelles on se trémousse sur les pistes de Mbour, Saint-Louis et autres cités  Sénégalaises.

Avec ses influences makossa et congolaise  le titre Sai Sai est un exemple d’intégration à l’Africaine, entre le centre et l’ouest du continent.

« Ma musique en est une du monde ; une musique qui touche le cœur, peu importe la langue. Par des pièces festives qui mêlent des influences de multiples cultures, des sons chauds et dansants qui donnent envient de bouger et d’être bien. C’est ce que je souhaite pour moi, pour ma famille, pour la planète. » –  Élage Diouf

Le public averti sera sans doute ébloui par l’adaptation façon Elage Diouf du classique Secret world de Peter Gabriel. Il y a aussi la sublime interprétation de Just one Day avec Johny Reid qui prouve que le ballax a les ressources pour se jumeler avec pas mal de styles musicaux.

On saluera également la pochette de l’album, plutôt bien réussi et qui témoigne de la quebegalaisite d’Elage Diouf. Le titre de l’album, Melokáane, est un mot wolof qui peut se traduire par «reflet», «image», «représentation».

Au Québec en 1996, Élage Diouf s’est fait connaître grâce à ses collaborations, notamment avec Les Colocs et le Cirque du Soleil.

Son album Aksil a été primé au Québec (Meilleur album de musique du monde au Gala de l’ADISQ), mais aussi au Canada (Best World Music Album Of The Year aux Juno Award.

Élage Diouf fera sa  rentrée montréalaise, le vendredi 9 octobre, à l’Astral dès 20h.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.