African Fashion Show: promouvoir la mode africaine à Montréal

African-Fashion-Show-Toukimontreal-23«La mode africaine est désormais une mode universelle». Ce sont sur ces mots que la designer, et organisatrice, Mireille Nicole Mabondo a lancé les festivités de la soirée de clôture de la 4e édition de l’African Fashion Show de Montréal. Le but des organisateurs était simple: faire découvrir la mode africaine à Montréal et ses environs.

Elles s’appellent Stephanie Owusu Ansah, Mireille Nicole Mabondo, Nicole et Line Teta (Nilit Creations), An-Nisa et Sabra Kerrouche. Ces designers de divers horizons, toutes issues de la diaspora africaine, ont présenté samedi dernier leurs plus belles créations destinées aux femmes et aux hommes, lors d’un défilé de mode.

African-Fashion-Show-Toukimontreal-6Lors de ce défilé, les tissus traditionnels africains ont côtoyé les caftans et mousselines vaporeuses inspirées des princesses des Mille et Une Nuits. Couleurs chaudes et vives, motifs africains, jeux de transparence… Les créatrices en ont mis plein la vue à l’auditoire, malheureusement trop peu nombreux.

Le wax, tissu noble provenant d’Afrique, était par exemple à l’honneur dans les vêtements de Nilit Creation, une toute jeune marque créée par Nicole Teta et sa jeune soeur Line, et ceux de Mireille Nicole Mabondo.

«Nous voulons rendre le wax moderne afin que tout le monde puisse le porter, a expliqué Nicole Teta lors d’une entrevue avec Touki Montréal. Nos créations s’adressent à tout le monde et se destinent à être portées tous les jours.»

African Fashion Show de Montreal«C’est un mélange des modes occidentale et africaine, mais utiliser le wax est une façon pour nous de nous reconnecter avec nos racines africaines», a expliqué cette Camerounaise qui a grandi en France et qui est arrivée au Québec il y a 8 ans.

Les caftans multicolores et vaporeux de An-Nisa ont également fait leur petit effet, valant à leur créatrice une salve d’applaudissements.

Mélange de cultures

African-Fashion-Show-Toukimontreal-8Sabra Kerrouche, une jeune créatrice Française vivant à Aulnay-sous-Bois, en région parisienne, s’est quant à elle  déplacée spécialement pour l’occasion.

C’était son premier passage à Montréal. Ce qui l’a marqué dans la métropole québécoise? «L’ouverture d’esprit et l’enthousiasme des gens par rapport à la créativité. C’est très différent de Paris», a constaté celle qui a créé la marque de prêt-à-porter Aulpeople en 2006.

Alors que la jeune femme promeut sa marque depuis plusieurs années, elle a confié à Touki Montréal qu’elle puise son inspiration un peu partout, dans sa ville Aulnay-sous-Bois, dans le mélange de cultures qui s’y trouve. «

African-Fashion-Show-Toukimontreal-13En tant qu’enfant d’immigrés, on a cette richesse d’avoir notre culture et celle des autres», a expliqué la jeune aulnaysienne née de parents algériens.

Bien que la mode africaine soit encore un marché de niche encore très peu connu du grand public montréalais et québécois, le secteur serait en pleine effervescence et aurait un bel avenir devant lui à en croire Nicole Teta. Cette dernière pense également que les créateurs africains ont tout à y gagner de faire connaître la mode africaine au Québec.

«Il faut montrer à l’Occident que nous avons des richesses en Afrique et que nous savons les exploiter, a-t-elle ajouté. Le wax africain, et la mode africaine en général, font partie de ces richesses. Il faut qu’on cesse de regarder l’Afrique avec des yeux pleins de pitié.»

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.