Sous le tamarinier de Betioky de Geneviève Marot

Geneviève Marot, illustratrice et graphiste, invite le lecteur à découvrir sa toute première bande dessinée : Sous le grand tamarinier de Betioky, publié chez La Boîte à Bulles, qui retrace l’enfance de Jean Piso, accordéoniste, sur l’île de Madagascar.

maquette couv TAMARINIER CS4 marges.inddMembre fondateur des Carnettistes Tribulants, un collectif regroupant une vingtaine d’illustrateurs, la Française Geneviève Marot n’en est pas à son premier coup de crayon.

C’est le goût du dépaysement et des rencontres qui l’ont amené à voyager jusqu’au  Cambodge, où elle a réalisé de nombreux carnets de voyage.

Cette fois, c’est à l’ombre du roi des arbres, le tamarinier, que Geneviève présente son coup de coeur depuis plus de six ans : Madagascar.

Le tamarinier,  arbre originaire des régions tropicales sèches de l’Afrique de l’Est, est considéré comme «sacré» à Mada. Prestigieux, il se dresse dès les premières pages dans toute sa splendeur. Denses et protectrices, ses feuilles abritent le héros de la bande dessinée, Jean Piso, depuis sa plus tendre enfance.

Virtuose dans l’art de la provocation et accessoirement prodige de l’accordéon, Jean est un enfant heureux, entouré de sa famille et de ses amis.

Genevieve-MarotL’illustratrice recueille ces aventures à l’âge adulte et partage les anecdotes qui ont fait de lui un homme et un musicien. L’oralité est un élément fort de la culture malgache et c’est une des raisons pour lesquelles le carnet de voyage prend tout son sens.

De sa naissance, à l’école, et aux concerts, la dessinatrice crayonne, colore et donne vie aux épisodes qui ont forgé la vie de l’artiste. On y découvre un enfant turbulent, bagarreur, mais surtout farceur. Lorsqu’il n’est pas en train de garder le bétail ou de faire l’école buissonnière, Jean Piso joue de la musique.

Incapable de s’en empêcher, même lorsqu’il est puni, l’accordéon habite toutes ses pensées. Cette attraction, quasi inexplicable, relèverait presque du mystique.

Difficile, vous l’aurez compris, de ne pas se prendre d’affection pour ce jeune héros qui d’une note, balaie toutes les conventions. Impossible de contraindre la liberté de cet esprit créatif, parfois freiné, mais souvent inspiré par les traditions de son village.

Enfin, la douceur et la finesse des dessins viennent éveiller la sensibilité du lecteur, déjà ébloui par une palette de couleurs chaudes et réconfortantes.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE