Vues d’Afrique 2016: des films à revoir à Montréal

Quatre projets cinématographiques seront re-projetés cette année lors de la 32e édition du Festival de cinéma Vues d’Afrique. Il s’agit de L’œil du cyclone de Sékou Traoré; The Forgotten Kingdom du réalisateur américain Andrew Mudge et le projet El Djazaïr mon amour. Voici ce qu’en pensait Touki Montréal:

Oeil-Cyclone-2014.359L’œil du cyclone de Sékou Traoré

« C’est l’histoire d’une brillante avocate d’un pays d’Afrique, Emma Tou (Maïmouna N’Diaye) qui, à la demande du bâtonnier, jongle avec l’idée de prendre la défense d’un des plus grands criminels du pays, Blackshouam (Fargass Assandé). Dans cet État qu’on ne connaît pas, un mouvement «rebelle» sévit dans une partie du pays et occupe notamment les zones minières. »

The Forgotten Kingdom d’Andrew Mudge

« Pour une première œuvre cinématographique, Andrew Mudge réalise un film d’une très grande beauté, capturant avec fidélité la folie de la ville et la plénitude des campagnes. À travers le regard d’Atang se juxtapose le regard d’un spectateur vierge d’images (re)découvrant les routes sablonneuses, les herbes hautes et les soleils couchants. »

El Djazaïr mon amour

« C’est une série de cinq courts métrages réalisés par de jeunes cinéastes québécois […] Ces films, tournés sur place, montrent de façon très personnelle l’amour, la musique et la famille. Ils montrent à travers les yeux de jeunes Algériens les défis que présente cette société, soixante ans après l’indépendance. »

Jimmy goes to Nollywood de Rachid Dhibou

« Avec ses 2000 films produits par année et des budgets minimes, le Nigéria a su s’imposer dans une industrie qui demande pourtant beaucoup de moyens, de rigueur et de savoir-faire. Un savoir-faire qui fait souvent défaut à en croire la réalisatrice Leila Djansi. Contre toute attente, l’autocritique est des plus sévères. »

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE