«Bref», ils ont mis le feu au Zoofest de Montréal

Depuis sa diffusion dans l’émission Le Grand Journal de la chaîne française Canal + entre 2011 et 2012, le phénomène Bref ne semble pas faiblir. Kyan Khojandi et ses comparses de cette série devenue culte étaient de passage au Zoofest, pour trois représentations les 11 et 12 juillet. Touki Montréal y était.

Bref-ZoofestÀ 22h15, la foule était compacte à l’entrée du Monument National, sur la rue Saint-Laurent. À entendre les personnes présentes, la grande majorité d’entre eux étaient Français.

Expatriés ou en vacances, peu importe. Ils s’étaient déplacés nombreux pour venir applaudir le «gars de Bref» (Kyan Khojandi) et quelques-uns de ses compères de la série: Berengère Krief, Bruno Muschio, alias Navo, Baptiste Lecaplain, Yacine Belhousse et Shirley Souagnon. Bref, on avait bien hâte de les voir.

À 22h40, c’est le jeune Français Roman Frayssinet, talentueux humoriste de la relève montréalaise diplômé de l’École nationale de l’humour, qui a ouvert les festivités.

Au menu: des anecdotes de la vie quotidienne, les relations hommes femmes le tout saupoudré de questions existentielles sur le temps (l’unité de mesure). Bref, la table était mise.

22h50 (environ): Kyan Khojandi monte sur scène pour présenter ses cinq comparses qui ont traversé l’Atlantique pour venir régaler le public montréalais. Adepte de l’autodérision («ah, c’est le mec de «Bref.», c’est quoi son nom déjà? (…) il est moins gros en vrai qu’à la télé!»), le cocréateur de la série à succès passe les quelques minutes qui lui sont accordées pour imiter des gens de son entourage, ou parle du bruit quand on fait la bise… Bref, on attendait la suite avec délectation!

BREF-ZOOFEST-FACEBOOK23h00 (environ): Yacine Belhousse, qui incarne les personnages de «Demain» et de «la Solitude» fait ensuite son entrée sur scène. Il parle de l’humour humain (eh bien non, les chats ne font pas dans l’humour…) et de l’humour universel. Il raconte également de la fois où il a vu un renard pour la première fois de sa vie, lors d’un voyage en Angleterre. «Pour moi, un renard c’est dans le monde de Narnia, pas dans la rue», s’est-il amusé. Il a aussi revisité «La Marseillaise» avec des paroles «gentilles». Bref, inégal, mais assez sympa.

23h10 (environ): C’est à ce moment-là qu’est apparue Bérangère Krief. C’est elle qui jouait le rôle de Marla dans «Bref.». C’est la deuxième fois que cette jolie blonde à l’humour décapant est de passage à Montréal. La première fois, c’était avec son ex. À chaque fois qu’elle ouvre la bouche, Bérangère provoque des crises de fous rires. Selon elle, les Québécoises sont tellement sympas et «relax» contrairement aux Françaises super chiantes… Elle parle aussi des inévitables différences culturelles entre la France et le Québec, des relations hommes femmes et… du caca, un sujet universel qui parle à tout le monde. Bref, un vrai coup de coeur.

23h20 (environ): Bruno Muschio, alias Navo, est l’un des cocréateurs de la série «Bref.», en plus d’en être scénariste et réalisateur. Sur scène, tout part en sucette. Il raconte l’un de ses rêves bizarres, accompagné par Kyan Khojandi au violon. Attention, nostalgie avec des références aux années 80, aux cassettes de Nintendo (dans lesquelles il fallait parfois souffler) ou encore à Mario! Bref, un gros délire qui a généré son lot de fous rires. 

23h30 (environ): La tonitruante Shirley Souagnon était la suivante. À peine arrivée sur les planches de la scène, elle joue la carte de l’autodérision. «Qui ne me connait pas dans la salle? Levez les mains, a-t-elle demandé d’entrée de jeu. Je suis apparue 2 secondes dans l’avant-dernier épisode de “Bref.”», s’est-elle amusée. Elle parle ensuite de son enfance, de la manière qu’elle a «découvert» avec effroi qu’elle était Africaine (quand elle était petite, elle a toujours crû qu’elle était Américaine). Sans parler de son savoureux petit tacle: «J’adore Montréal. Il y a des gratte-ciel à l’Américaine, des bâtiments à la française et des routes à l’Africaine»… Bref, mon deuxième gros coup de coeur de la soirée.

23h40 (environ): Yacine Belhousse prend quelques minutes pour interpréter une chanson au ukulélé intitulée «Le crash de l’amour». Ça parle d’amour pendant un écrasement d’avion… Bref, c’était un super bon interlude.

23h45 (environ): Si vous avez regardé «Bref.», vous vous souvenez certainement de Baptiste, celui qui dit je t’aime un peu trop tôt.

L’acteur qui joue ce personnage «flippant» s’appelle aussi Baptiste dans la vraie vie. Son nom au complet: Baptiste Lecaplain. Ce jeune trentenaire au visage d’ado est un grand timide. Oui vous avez bien lu, il fait de la scène et il est timide. Sur les planches, rien ne transparaît. Il est énergique, occupe toute la scène en parlant… de sa timidité. Bref, une bonne façon de clôturer la soirée.

Minuit (environ): C’est le moment des au revoir. Kyan Khojandi en profite pour faire un récit de la soirée en mode «Bref.». Il présente ses cinq collègues, sous les applaudissements nourris du public. Franchement, c’était réussi. Mais une heure, c’était un peu trop bref.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.