Rêve d’Olympe – le destin de Samia Ysuf Omar de Reinhard Kleist

0
148

L’histoire plus que touchante et insoutenable racontée par Reinhard Kleist est celle de la Somalienne Samia Yusuf Omar, qui a péri en pleine mer en tentant de réaliser son rêve. Publié chez La Boîte à Bulles, Rêve d’Olympe est un roman graphique sur la situation actuelle des migrants et un exemple parmi tant d’autres de l’injustice.

Dans un pays dans le chaos depuis les années 90, la jeune Samia Yusuf poursuit son rêve d’enfance, celui de côtoyer les plus grands de l’athlétisme. À 17 ans, elle représente la Somalie aux Jeux olympiques de Pékin, en 2008. Elle est d’ailleurs le porte-drapeau de son pays lors du défilé de la cérémonie d’ouverture.

reve-olympeMême si sur la piste, elle se surpasse et bat son record personnel, elle termine à la dernière place dans la course. Et pourtant, le public l’adore et l’acclame. Il faut dire qu’elle est singulière. Cette expérience du plus haut niveau lui laisse un goût amer qu’elle se promet de réparer.

Dans sa tête, son nouveau défi est donc de participer aux JO de Londres et de ne plus être une simple figurante. Son retour au pays ne se passe toutefois pas comme elle l’imaginait. Mais alors très loin de là!

Et pour cause, les fondamentalistes musulmans (shebabs) interdisent aux femmes de pratiquer une quelconque activité sportive et s’engagent rapidement dans un jeu de chat et souris avec la jeune femme âgée maintenant de 20 ans.

À cette situation insoutenable, Samia se résigne à prendre la seule solution qui lui reste, et ce, au risque de déchirer le coeur de sa mère qui souffre déjà parce qu’une de ces filles a fait le choix de l’Europe, en laissant ses enfants au pays.

Tout au long de cette BD en noir et blanc de 144 pages, le scénariste et dessinateur allemand va revenir sur le  contexte qui a mené à ce départ en racontant à sa façon le voyage vers d’au-delà de Samia.

Le calvaire de l’immigration que rapporte ici Reinhard  est celui que partagent bon nombre de migrants, qui deviennent dans quelques cas des réfugiés. À la violence des passeurs, l’univers des camions et embarcations surchargés de réfugiés, s’ajoutent d’autres éléments de l’enfer sur terre: famine, soif,  prison, honte, sentiment d’impuissance et parfois… fin tragique.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE