«Bharati 2»: La Place des Arts aux couleurs de l’Inde

0
261
Art director : Sébastien Vienne Hair&Make-up : Carine Larchet
Art director : Sébastien Vienne
Hair&Make-up : Carine Larchet

Les 2 et 3 décembre derniers, la salle Wilfrid-Pelletier de Montréal s’est transformée en une immense scène Bollywood lors du passage du spectacle à grand déploiement «Bharati 2: Dans le palais des illusions», suite de «Bharati: Il était une fois l’Inde» qui avait attiré plus de 2,5 millions de spectateurs à travers plus de 20 pays.

Il y a cinq ans, la troupe de «Bharati», dirigée par la chanteuse et actrice indienne Bhavna Pani qui incarnait aussi le rôle principal de la comédie musicale Bollywood, avait fait escale à la Place des Arts. Ce voyage envoûtant au pays du Gange avait conquis plus de 50 000 spectateurs dans la métropole québécoise.

Après avoir incarné ce rôle pendant plus de dix ans, Bhavna Pani avait pensé s’en arrêter à là, mais finalement, elle a décidé de continuer l’aventure «Bharati» avec une suite intitulée«Bharati 2: Dans le palais des illusions».

Art director : Sébastien Vienne Hair&Make-up : Carine Larchet
Art director : Sébastien Vienne
Hair&Make-up : Carine Larchet

Le premier volet mettait en scène un jeune homme d’origine indienne élevé en Occident qui visitait l’Inde pour la première fois. Ce dernier tombe alors sous le charme de la délicieuse Bharati, mais aussi des traditions et de la culture indiennes.

Dans cette suite, Bharati, une ancienne vedette de Bollywood, a vécu à Paris avec sa fille Neelam au cours des 18 dernières années. Foncièrement européenne, Neelam est néanmoins une fervente admiratrice des films de Bollywood et rêve de devenir une vedette du cinéma indien.

Alors qu’elle rentre en Inde en compagnie de sa mère pour découvrir ses racines, la jeune fille s’enfuit pour aller passer une audition dans un film de son acteur indien préféré King Prem Kumar, ou KPK, une vedette du cinéma dont la notoriété s’effrite depuis des échecs commerciaux répétés.

bharati_2-01la religion hindouiste, on dit souvent que tout n’est qu’illusion. Les rêves de Neelam vont-ils s’accomplir? Et si c’est le cas, quel en sera le prix à payer?

Le scénario de «Bharati 2: Dans le palais des illusions» n’a rien de bien original. Mais avec ses magnifiques décors et costumes colorés, ses danseurs de talent, ses chorégraphies endiablées et ses musiques un brin mielleuses, mais résolument entêtantes, «Bharati 2» est un spectacle dépaysant et très réussi.

Chaque tableau s’apprécie comme un bon thali. Chacune des scènes apporte une saveur particulière à l’ensemble. Il y a de l’humour, de l’action, du suspense, quelques références à l’hindouisme et, bien évidemment, de l’amour, comme tout bon Bollywood qui se respecte.

Grâce à ses explosions de rythmes et de couleurs, «Bharati 2» est un récit d’initiation qui hypnotise et fait voyager le spectateur dans les magnifiques décors du sud de l’Inde. 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE