Jain, une chanteuse qui vous veut du bien

C’était sa deuxième venue à Montréal en quelques mois (avant une troisième cet été lors du festival Osheaga) et, comme en France, le style Jain semble faire effet au Québec.

Jain-Facebook-01Seule sur scène pendant une heure et demie, la jeune chanteuse a enchanté le public du Théâtre Corona, mardi soir.

Vêtue de son habituelle robe noire à col blanc et armée de sa boîte à rythmes le petit bout de femme née à Toulouse a mis tout le monde dans le bain dès la première chanson Hob. Les sourires, les sauts et les pas de danse que la musique de Jain provoquent allaient durer tout la soirée

« Ça fait du bien de parler français », a expliqué peu après celle qui revenait d’une mini-tournée aux États-Unis, avec notamment un passage au prestigieux festival South by Southwest. Un nouveau monde à conquérir après que l’artiste a été sacrée Meilleure artiste féminine aux dernières Victoires de la musique (l’équivalent du Gala de l’Adisq en France), grâce à son premier (et seul) album, « Zanaka », dont toutes les chansons ont été jouées.

La magie de l’Afrique et des Caraïbes

Composé de titres uniquement en anglais, interprétées avec un joli accent français, l’opus a de quoi bien s’exporter. Mais ce sont surtout les sonorités dansantes africaines et caribéennes qui constituent la recette magique qui remporte l’adhésion. Jain – Jeanne Galice de son vrai nom – a mis en musique cet univers pour la première fois au cours d’un séjour au Congo-Brazaville.

La fraîcheur électro-pop qui se dégage des titres a fait merveille tout au long du spectacle, du Jamaïcain «Lil Mama» à «Hope» dont le rythme a été inspiré par des travaux dans un appartement. Mais c’est bien sûr son plus grand succès, le virevoltant «Makeba» qui a fait chavirer la foule.

L’hommage à l’artiste sud-africaine Miriam Makeba a même été chanté à deux reprises, pour combler le manque (provisoire) de titres de Jain, mais surtout pour faire durer encore un peu le plaisir qu’elle a semblé partager de bout en bout avec ses admirateurs.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE