Samba de Vieux Farka Touré chez Six Degrees Records

Vieux-Farka - SambaSorti en même temps que le printemps en Amérique du Nord, Samba est le dernier opus de Vieux Farka Touré, fils de l’autre, qui s’est fait un prénom depuis aussi longtemps…

Composé de 10 titres, cet album est profondément malien et même ouest africain par extension. Sa guitare si particulière caractérise toujours ce nouveau projet somme toute mélancolique dans lequel la famille tient une place prépondérante.

Son précédent opus Touristes datait de septembre 2015 et c’était avec Julia Easterlin.

C’est cette même année qu’il est invité par une série d’enregistrements devant public par les producteurs des Woodstock Sessions, à Saugerties, dans l’État de New York. Annulé finalement, elle aura lieu l’année suivante et Samba qui signifie «le deuxième-né» en est le résultat.

«Ce n’était pas une séance de studio habituelle ni un concert, a souligné l’artiste. C’était quelque chose entre les deux. Nous étions en train d’enregistrer l’album, mais avions une cinquantaine de personnes dans la salle avec nous.»

L’univers de Vieux est composite : blues malien, mais aussi funk, reggae et rock. Dans son album, le Malien s’est entouré d’Afel Bocoum et Yaya Drame, mais aussi d’Idan Raichel, ami et collaborateur qui joue du clavier sur deux pièces.

Les thèmes abordés sont nombreux. Il est question de fraternité (Samba), de la famille (Homafau Wawa), mais aussi de son pays en partie occupé au Nord par les djihadistes. Vieux Farka aborde aussi le gaspillage (Nature).

«Il ne reste rien dans les forêts, ni dans les rivières, dit-il. Nous devons sauver et respecter ce qui reste de la nature pour que l’humanité puisse survivre. Cessons le gaspillage inutile, la nature est sacrée et elle mérite notre respect.»

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE