Oumou Sangare se confie sur son nouvel album Mogoya

0
60

Oumou-Sangare-Facebook-01La diva malienne Oumou Sangaré est de retour sur l’avant-scène avec un album résolument moderne, mais qui puise dans la force de son Wassoulou si particulier. La chanteuse s’est entretenue avec Touki Montréal et est revenue sur plusieurs sujets: son engagement pour le combat des femmes et sa passion pour la musique.

Le dernier album Seya qui a été largement acclamé par la critique remonte à huit ans, période au cours de laquelle vous avez fait beaucoup de spectacle et de tournée. Qu’est-ce qui explique cet intermède entre Seya et Mogoya?

J’ai beaucoup d’activités chez moi au Mali. Je gère un hôtel, un commerce de véhicules 4×4, j’ai créé une marque de riz et j’ai également une activité agricole et un élevage de carpes (pisciculture). Je ne chôme jamais !

En ce qui concerne la musique, elle fait partie de moi tous les jours, je compose en même temps en travaillant, en marchant, en voiture.. Mais j’aime prendre mon temps avant de sortir un album.

Les paroles ont une telle importance pour mon public en Afrique que je veux être sûr d’avoir quelque chose de valable à transmettre avant de sortir un album. 

Ce nouvel album est plus moderne que le précédent, tout en gardant l’essence de votre style. Pourquoi?

Oumou-Sangare-Facebook-03La plupart de mes chansons s’adressent aux jeunes. Ce sont des messages, des conseils, tirées de mes propres expériences. Partant de là il m’est apparu logique de produire l’album dans une direction musicale qui parle aux jeunes.

Même au Mali la jeune génération écoute des sons venus de partout, hip-hop, electro, house music.. Et ils me demandent souvent des sons sur lesquels ils puissent danser en discothèque.

Donc pour la première fois j’ai cherché à avoir un son plus moderne, tout en gardant l’essence de ma musique, les mélodies et les rythmes qui viennent de ma culture, de ma région, le Wassoulou. Au final je suis très heureuse de l’équilibre qu’on a trouvé avec A.l.b.e.r.t entre mon style et la modernité de leur son.

Oumou-Sangare-Facebook-02S’il fallait présenter votre opus, que diriez-vous?

C’est un album d’Oumou Sangaré, dansant, mélodique, mais une production plus moderne que mes albums précédents. Le mood est plutôt joyeux, positif, même si les sujets traités sont parfois très sérieux.

Comment se sont passées les retrouvailles avec Tony Allen?

Trop bien. C’est mon frère, je l’adore ! J’ai tout de suite pensé à lui en composant Yere Faga. Dès que je l’ai appelé, il est venu en studio, a monté sa batterie, et tout de suite il a trouvé le feeling parfait pour la chanson.

Il groove tellement ! J’aime beaucoup le résultat, comment A.l.b.e.r.t l’a produite, c’est très original.

Vous avez fait de la défense des femmes votre combat au Mali, notamment. Comment avance cette cause?

Oumou-Sangare-Facebook-04Franchement ça avance bien, ça évolue. La situation des femmes n’a rien à voir avec ce qu’elle était il y a vingt ans. Surtout au plan économique.

Aujourd’hui de nombreuses jeunes femmes maliennes montent des affaires, s’impliquent en politique, etc.. En partant de mon exemple, j’ai essayé de leur montrer que rien n’était fermé, qu’elles devaient avoir de l’audace, parce que tout leur est permis, même des activités souvent réservées aux hommes.

D’où mon choix de lancer une marque de 4×4 par exemple. Bien sûr il y a encore du travail pour faire totalement changer les mentalités, ce n’est pas terminé. Le combat continue !

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE