Wax Taylor tout en maîtrise au Métropolis

Wax-Taylor-Jazz-2017Dans un Metropolis surchauffé, Wax Taylor a présenté les chansons de son nouvel album, dans le cadre du Festival de jazz de Montréal. Le DJ français était de retour sur scène pour un show à base de sons hip hop, soul et trip-hop, mêlant intensité et moments plus intimes.

Ils étaient impatients. Lui, nous, eux, tout le monde… Depuis l’annulation du concert du 21 janvier, le public et Wax Taylor ont attendu ce 3 juillet pour se retrouver. Habitué de Montréal et des tournées internationales, le DJ a beau réputation sur la scène trip-hop mondiale. Venu faire l’aller-retour exprès pour satisfaire cette date qu’il souhaitait absolument honorer, il n’a pas été perturbé par le décalage horaire tant il est apparu en grande forme…

Je sais qu’on est lundi soir, mais on va faire comme si on était vendredi soir, on va faire un sacré bordel” Wax Taylor lors de sa première intervention pour saluer le public venu nombreux au Métropolis.

Wax-Taylor-Jazz-2017-4Avec Wax Taylor, vous allez voir un concert cinématographique. Derrière ses platines, devant un écran géant projetant et accompagné de musiciens sur scène, le DJ est à son affaire. Les clips vidéo s’enchaînent aux sons groovy mêlants références récentes et parfois plus anciennes.

Les nouveaux titres, “Level the sound” avec Mattic, Dragon Chasers avec Charlotte Savary et quelques anciens succès – Positively Inclined, Que Sera et I Had a Woman – se sont succédé pour le plus grand plaisir du Métropolis.

Wax-Taylor-Jazz-2017-7Avec la voix envoûtante de Charlotte Savary et les flows des rappeurs Rashaan Ahmad et Mattic, ils ont présenté plusieurs titres de son dernier album “By Any Beats Necessary”.

Le public du Métropolis qui était beaucoup survolté (merci Kid Koala en première partie) et le rythme qui n’a jamais faibli ont été les principaux ingrédients de cette soirée réussie. Tout a été millimétré dans ses transitions musicales.

Wax Taylor raconte une histoire. Il la scratche, la rythme. C’est le chef d’orchestre et il a fait danser le Métropolis qui en redemandait.

Wax-Taylor-Jazz-2017-2Guitare, violoncelle et batterie avaient toute leur place pour électriser encore plus la salle en offrant une variété pertinente dans les compositions du DJ. Il arrive aussi à s’amuser avec le public en passant de la funk au groove tout en gardant sa base de hip-hop.

La qualité des vidéos est également à noter de par sa qualité.

Ces petits films nous transportent dans ce monde créé depuis plusieurs années par le français. Un véritable hommage au 7e art.

Wax-Taylor-Jazz-2017-3Chaque clip est une petite pépite allant de nombreux travellings à l’utilisation de la technicolor. Technique permettant d’offrir des images qui se marient harmonieusement avec sa musique.

Un beau retour pour le globe-trotter d’une musique dont il maîtrise tous les ajustements et les variantes. Wax Taylor ne déçoit jamais et il l’a encore prouvé. La connexion entre Montréal et le français n’est pas près de s’estomper.

Sa musique et ses vidéos sont au moins une fois à voir pour les yeux et les oreilles. À noter, car tous les artistes ne le font pas, Wax-Taylor a accordé du temps juste après son concert pour le public, en offrant dédicaces et selfies en compagnie d’une partie de son équipe.  

Photos: Victor Diaz-lamich, courtoisie Festival de jazz.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE