Festival de jazz: The Barr Brothers se métisse pour le Festival de Jazz de Montréal

Comme souvent au Festival de jazz, le concert de The Barr Brothers a été le témoin d’une rencontre métissée d’environnements musicaux que tout sépare. La formation américaine s’est africanisée pour son spectacle présenté à la Place des Arts.

Initialement ce concert devait voir la réunion de la formation The Barr Brothers avec le couple composé de Bassekou Kouyaté et Amy Sacko. Seulement un souci de visa a empêché cette rencontre. Afin de garder ce souhait de mélanger les genres, The Barr Brothers a convié les musiciens maliens Mamadou Koita et Fabio Sissoko, ainsi que pour quelques morceaux le guitariste Joe Grass qui accompagne Patrick Watson.

Sur scène, beaucoup d’instruments ont été à l’honneur: guitare, harpe, kora, batterie, N’goni (instrument traditionnel) à cordes pincées, balafon (xylophone africain) ou encore contrebasse.

Il y avait énormément de place pour les musiciens: beaucoup de solos et de duos entre de nombreux instruments accompagnant les compositions plus rock de The Barr Brothers. 

Le public a pu entendre des versions inédites de Half Crazy, Brazil, Queen of the Brakers ou encore Lose Your Mind, extrait du futur album qui sortira en octobre.

Des instants magiques ont été distillés ici et là lors de chanson. Il faut notamment reconnaître à la harpiste Sarah Page, une voix et des envolées lyriques à la harpe de très grande qualité. Le mariage Kora et balafon avec les autres instruments a été harmonique et bien pensé. Quelquefois, tout cela s’étirait sur la longueur, cependant.

L’idée était originale apportant au public une version plus exotique de ce que peut proposer d’habitude The Barr Brothers.

Mention spéciale aux Maliens Kouyaté et Sacko, qui ont communié leurs sourires et bonne humeur à travers les rangées du Théâtre Maisonneuve, avec talent et simplicité.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE