Ziggy Marley fait vibrer Sherbrooke au rythme du reggae

C’est un Ziggy Marley en très grande forme que le public sherbrookois est venu applaudir, le 22 juillet, à l’occasion de son passage à la Fête du Lac des Nations.

Après avoir posé ses valises à Montréal l’année dernière, le fils aîné de Bob et Rita Marley a donc fait un détour à Sherbrooke à l’occasion de sa plus récente tournée pour présenter des pièces de son répertoire personnel (il a à son actif six albums en solo et 10 autres avec son groupe Ziggy Marley and The Melody Makers), ainsi que des classiques de son père.

L’artiste de 48 ans ne s’est pas fait attendre au Lac des Nations. À 22h30 précises, le «reggaeman» est apparu sur scène entouré de sept musiciens et deux choristes. La fête pouvait commencer et elle a duré plus d’une heure trente.

Pas de suspense. On peut vous dire d’emblée que le concert de Ziggy Marley était réussi. Énergique, communicatif, le musicien natif de Kingston a lancé au public, au tout début du spectacle, un «bonjour, ça va», en français. Une petite attention qui a beaucoup plu aux Sherbrookois.

Des rythmes reggae efficaces

C’est le morceau «Tomorrow People», un succès de son groupe Ziggy Marley and The Melody Makers sorti en 1988, qui a ouvert le bal. Dans la foule, quelques drapeaux vert, jaune et rouge (couleurs des mouvements panafricaniste et rastafari) flottaient çà et là dans la foule.

Un peu timide au début, le public a pris ses aises au fil du spectacle. Les rythmes reggae sacrément efficaces de Ziggy Marley y sont à coup sûr pour quelque chose. Le titre «Wild and Free», sur lequel il partage le micro avec l’acteur Woody Harrelson sur la version originale, représentait totalement l’ambiance de la soirée: dansant et «groovy».

Le Jamaïcain ne se gênait pas à exécuter quelques petits pas de danse, lançant au passage ses longs rastas dans les airs. Sur «Look Who’s Dancin’», aux riffs de guitare bien sentis, le «rastaman» a aisément fait sauter la foule.

L’un des très bons moments de la soirée a été son interprétation pleine d’émotions du très mélodieux «Love is my Religion». C’était même l’occasion pour Ziggy Marley de montrer ses talents de guitariste avec un excellent solo de guitare.

Les indémodables reprises de Bob Marley

Même si la discographie de Ziggy Marley regorge de titres entraînants, les moments forts de la soirée ont eu lieu lorsqu’il a interprété les titres de son légendaire père.

Des titres tels que «Positive Vibration», «Is This Love» ou le très revendicatif «Get Up, Stand Up» ont été chanté en choeur par le public, toutes générations confondues. La ressemblance de la voix de Ziggy Marley à celle de son père était totalement bluffante sur ces titres.

En rappel, le Jamaïcain a interprété les titres «Jammin’», «One Love» et «Exodus», tous issus de l’iconique album «Exodus», qui souffle ses 40 bougies cette année. Le public ne boudait pas son plaisir en s’époumonant sur ces morceaux intemporels et rassembleurs.

Au final, on peut dire qu’une heure trente, ça passe très vite lorsqu’on est en très bonne compagnie.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE