Vues d’Afrique: un long métrage zambien primé

C’est le film I Am Not a Witch (Je ne suis pas une sorcière), une coproduction de britano-Zambienne qui est reparti cette année avec le prix du meilleur long métrage en fiction internationale au Festival de cinéma Vues d’Afrique.

Ce long métrage de 97 minutes de la cinéaste Rungano Nyoni raconte l’histoire de la petite Shula, 9 ans, accusée de sorcellerie par les habitants de son village et envoyée dans un camp de sorcières. Le film a aussi obtenu une mention spéciale du jury de la catégorie Droits de la personne.

C’est Zied Ayadi, qui a campé le rôle de Zizou dans le film du même nom qui a eu le prix de la meilleure interprétation masculine.

Deux personnes ont été récompensées pour le prix de la meilleure interprétation féminine: Hiam Abbass, qui a tenu le rôle de Fatima dans À mon âge je me cache encore pour fumer et Christelle Richard, dans Tangente.

Toujours dans la sélection fiction internationale, c’est le film Tangente de Julie Jouve et Rida Belghiat qui a été primé alors que des mentions spéciales ont été décernées à Rush de Ludovic Rianando (Madagascar) et Watu Wote de Katja Benrath (Allemagne, Kenya).

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée, le 21 avril, à la Cinémathèque québécoise, en présence de plusieurs lauréats qui ont pu recevoir leur prix lors d’une soirée spéciale célébrant le Rwanda.

En documentaire, le prix du meilleur long métrage a été remis à This is Congo de Daniel McCabe (République Démocratique du Congo, États-Unis, Canada, Qatar) tandis que le film On est tous pygmées de Hélène Charpentier a été primé dans la catégorie court métrage.

Le prix du public de la meilleure série par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dans la sélection Afrique connexion a été remis en ex-aequo à Oasis de Angela Aquereburu et Jean Luc Rabatel et C’est la vie d’Alexandre Rideau (Sénégal).

Dans la sélection Regards d’ici, qui donne la voix aux réalisateurs du Québec, le prix de la meilleure production indépendante est allé au film Evasion d’Anjali Nayar et celui de la mobilité francophone pour les réalisateurs canadiens de moins de 35 ans au film Le baobab et la colombe de Jean Beaudin.

Par ailleurs, Malaria Business de Bernard Crutzen est reparti avec le Prix Développement durable tandis que Frontières d’Apolline Traoré a récolté le Prix Droits de la personne.

Présenté par Québecor, en partenariat avec Royal Air Maroc, le 34e Festival international de cinéma Vues dAfrique s’est tenu du 13 au 22 avril à la Cinémathèque québécoise.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE