Bondeko de Gérald Toto, Richard Bona et Lokua Kanza

Fort du succès d’un premier projet, le trio Lokua Kanza, Toto et Richard Bona récidive avec le second opus, Bondeko, tout aussi acoustique et à recommander.

Publié chez le label indépendant No Format, comme en 2004, Bondeko (qui signifie «amitié», «fraternité» en Lingala)  reprend exactement où les trois compères s’étaient arrêtés, treize ans plus tôt.

Chacun des artistes vient avec sa personnalité et ses certitudes pour le projet. L’ensemble est assez singulier et la complicité évidente entre les trois transparaît quasiment à chaque note.

Le motus operandi est le même. Un des trois lance les hostilités. Puis un second se jette dans le bain et le dernier rejoint enfin les deux autres.

L’opus s’ouvre sur le titre Mamma et c’est la mélodique Awo qui clos – sans doute momentanément (on l’espère en tout cas)- l’aventure.

«La finesse mélodique de Gérald Toto abreuve le style naturellement teinté de rumba de Lokua Kanza, tandis que la virtuosité instrumentale de Richard Bona, et la richesse de ses conceptions harmoniques, orientent l’ensemble vers toujours plus de fluidité et de fraîcheur.»

Pour le reste, chacun devrait se faire sa propre idée en se lançant dans le bain de l’écoute…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.