« Falafel sauce piquante » de Kichka chez Dargaud

La BD Falafel sauce piquante est un récit biographique de l’illustrateur Michel Kichka qui y raconte ses péripéties et ses tribulations en Israël.

Michel Kichka, Courtoisie Facebook

L’ouvrage s’ouvre à l’été 1969. Le personnage principal est alors à Tel-Aviv en vacance chez sa tante Paula, la soeur de son grand-père qui a quitté la Pologne en 1932 pour s’y installer.

Rapidement, le jeune Belge va découvrir que la sauce rouge qu’il retrouve partout n’est pas si douce qu’il croit.

L’année d’après, ce sera autour de sa sœur de s’installer dans un jeune Kibboutz. Puis c’est en 1974 que le jeune étudiant en architecture décide à son tour de son Aliyah, son installation en terre sainte. Il a avait alors 19 ans et demi.

Chaque étape de la vie de Michel Kichka est remplie d’anecdotes et d’aventures parfois rocambolesques. Elles sont toutes livrées avec finesse et, malgré tout, pudeur. On entre dans la maison des Kichka sans jamais franchir les chambres ni la salle de bain.

«Son graphisme, qui associe légèreté et réalisme, lisibilité et sens de la caricature, vient renforcer l’optimisme et la joie de vivre qui imprègnent son propos, en dépit d’un contexte général de plus en plus difficile pour les artistes et les pacifistes israéliens.»

Les lecteurs apprécieront sa lecture des événements qui ont marqué Israël, depuis les années70: guerre du Liban, guerre du Golf, signature de l’Accord d’Oslo, assassinat de Yitzhak Rabin, première Gay pride à Jérusalem.

Il y a aussi les activités du réseau Cartooning for peace, lancé en 2006 par le caricaturiste Plantu, l’ex patron de l’ONU Kofi Annan et qui fait la « promotion d’une meilleure compréhension et d’un respect mutuel entre des populations de différentes croyances ou cultures, en utilisant le dessin de presse comme moyen d’expression d’un langage universel », selon Wikipédia.

Illustrateur, cartooniste et professeur aux Beaux-Arts de Jérusalem, Michel Kichka propose avec Falafel sauce piquante une belle façon d’en savoir sur la vie en Israël qui n’est, au demeurant, ni meilleure ni pire qu’ailleurs.

« Mes rêves et mes espoirs ne sont pas morts », souligne le héros de la BD .

Natif de la ville francophone de Seraing en 1954, Michel Kichka est issu d’une famille déportée dans les camps nazis et son père fut l’unique survivant. Outre Falafel sauce piquante, il a aussi publié chez Dargaud Deuxième Génération, une BD qui lui permet de revenir notamment sur ses relations avec son père, dans l’ombre de la Shoah.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.