Dadju brave les tempêtes québécoises et réchauffe Montréal

0
Crédit: Les Productions Revel

C’est dans un Olympia bondé, survolté et à « 100 degrés » que le prince du RnB français Dadju a terminé sa petite tournée québécoise, ce dimanche 20 janvier, à Montréal.

Après s’être produit à Québec et offert un concert supplémentaire au Club Soda à Montréal pour répondre aux grandes demandes de ses fans d’ici, le chanteur s’est réjoui de pouvoir se produire devant un public aussi incroyable.

Avant que les spectateurs aient pu chanter avec leur idole du RnB français, ils ont dû patienter. Heureusement, les platines de DJ Leezo Licious tournaient à fond et ont fait danser toute la salle sur les plus gros tubes Afro Trap, Hip Hop et Dancehall du moment.

Vers 21 h 40, après une première partie assurée par un artiste venu tout droit des États-Unis, Ziee, le DJ qui accompagnait Dajdu s’est finalement installé sur les planches et le signal a alors été lancé. Les projecteurs se sont affaissés et la voix du prince Dadj a résonné dans tous les haut-parleurs de la salle.

Comme sur l’album, une introduction retraçant le parcours du jeune chanteur a rappelé combien l’année 2017 a été marquée d’événements importants dans sa vie d’artiste, mais aussi personnelle.

Attention mesdames: la vedette a rappelé qu’il s’était marié et qu’une petite fille est née de cette union! Ce qui a fait de lui un Gentleman 2.0, comme s’intitule le titre de son premier album solo, sorti la même année.

C’est sur le titre Lionne que la vedette a fait son apparition et a mis tout de suite le public dans sa poche. Surtout la gent féminine, majoritairement présente, aux timbres des voix qui scandaient ses refrains à tue-tête.

Après ce premier contact, Dadju a semblé très touché par la présence d’autant de monde.

«J’ai la chair de poule».

Dadju

«On a traversé la tempête pour arriver jusqu’ici. On nous a dit qu’il faisait trop froid. Certains ont même voulu annuler, mais on est bien là et on va augmenter la température jusqu’à 100 degrés! »

L’exercice n’a pas été difficile pour le chanteur français d’origine congolaise. Toutes ses chansons sont des tubes et ont fait vibrer toute l’audience.

Crédit: Les Productions Revel

Comme dans une grande fête entre amis, en famille ou en couple, tout le monde dansait sur ses fameux succès comme Django, Voler c’est pas bon, Sous contrôle, Bob Marley, Ma fierté, Bébé, Reine et toutes les autres pépites à son actif.

Les fans des premières heures étaient aussi servis avec la reprise de ses titres datant de l’époque de son groupe de Shin Sekaï. De plus, il assumait seul des chansons qu’il exécute habituellement en collaboration avec d’autres artistes. Ce qui a démontré ses talents d’interprète, mais aussi de compositeur.

Le prince en a même profité pour donner des cours de lingala de base, en enseignant à ses convives les mots Mbote (Bonjour), Na lingui yo (Je t’aime) et Kitoko (Joli). Des termes reconnus par une bonne partie du public qui semblait familière à ce vocabulaire. 

«Je vois que des Congolais vous ont bien blagués ici», a-t-il lancé avec humour.

Dadju, très proche de son public, a chanté avec lui. Parfois taquin, tantôt charmeur, il s’est vraiment amusé à leur côté. La chaleur était palpable et l’Olympia fut bien réchauffée à 100 degrés minimum, c’est sûr!

Aux alentours de 23 h 20, le prince Dadj a entamé son denier titre de la soirée. C’est a cappella que les fans ont chanté Jaloux, avec une vigueur et justesse impressionnante. Surpris par cet exploit, il a repris la chanson et invité les spectateurs à l’accompagner de nouveau. 

«Attendez, mais vous la chantez mieux que moi. C’est ma chanson quand même! DJ rebalance le son STP! » s’est-il écrié d’un air moqueur.

Avec un spectacle de près de deux heures, les convives semblaient conquis et rassasiés de leur dose de RnB et musiques Afro-francophone.

Comme le disait si bien le chanteur, « je ne suis pas venu pour me foutre de votre gueule, je suis venu ici pour chanter avec vous! »

C’est en remerciant ses invités québécois et canadiens que le phénomène Dadju a quitté la scène, en témoignant ceci:

« Vous êtes vraiment un public incroyable, trop beau, trop de style, trop de flow… Je pense que c’était un des meilleurs concerts de ma vie… Même s’il fait moins 100 degrés, je reviendrai ici sans hésiter! »

Dadju

Une chose est sûre Dadju n’a rien à envier à son grand frère Maître Gims. Il a son propre style, son timbre et surtout un public qui le soutient et le suit, peu importe la météo !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.