Le cinéaste nigérien Moustapha Alassane à l’honneur à la Cinémathèque québécoise

Le cinéaste nigérien Moustapha Alassane sera à l’honneur à la Cinémathèque québécoise en février dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs.

Du 2 au 11 février, les cinéphiles et autres curieux auront l’occasion de voir ou revoir les œuvres de ce réalisateur décédé, le 17 mars 2015 à Ouagadougou, au Burkina Faso, à l’âge de 73 ans.

Né en 1942 à N’Dougoubou, au Niger, ce passionné du 7e art a
remporté le prix de meilleure coproduction àl’édition 1972 du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Il a également été responsable du département de Cinéma à l’Université de Niamey pendant plus d’une décennie.

On lui doit une trentaine de films, dont Bon voyage, SimLe Retour d’un aventurier et son dernier, Kokoa, paru en 2001 et qui sera d’ailleurs présenté à Montréal, le 11 février.

«Proche à la fois de Jean Rouch et de Norman McLaren, son cinéma constitue l’une des oeuvres importantes de l’Afrique de l’Ouest depuis les années 1960», peut-on lire dans un communiqué.

Photo: Fespaco

Pour la petite histoire, Moustapha Alassane serait le premier cinéaste africain à avoir réalisé des films d’animation. En 1965, il n’a d’ailleurs pas hésité à venir à Montréal pour faire un stage d’animation auprès de Norman McLaren, considéré comme un des grands maîtres du cinéma d’animation mondial.

Les films seront présentés à la Cinémathèque québécoise dans le cadre d’une collaboration de l’Institut français et des Services Culturels de l’Ambassade de France à New York.

La rétrospective avait été présentée au MoMA en mai 2017 et dans près d’une dizaine de lieux aux États-Unis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.