Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin

0

La BD Noire, la vie méconnue publiée aux éditions Dargaud raconte la triste histoire presque oubliée de Claudette Colvin qui a refusé, bien avant Rosa Parks, de céder sa place dans un autobus, à Montgomery, dans l’Amérique ségrégationniste. Voici une histoire fascinante que TOUT le monde devrait lire.

Le récit est celui d’une adolescente de 15 ans vivant dans l’Alabama qui caresse le rêve de devenir avocat.

Au cours d’une de ces journées banales, elle va se poser en ardente opposante des lois Jim Crow, qui prévoient à l’époque une séparation entre Blancs et non blancs dans la société interdisant notamment tout mariage entre les deux groupes ci-haut cités.

Claudette Colvin, née Austin, va alors constater à son corps défendant que les règles de droit ne s’applique pas à tous. C’était le 2 mars 1955. En refusant de céder son siège, la jeune fille va se retrouver en prison et décidera alors d’attaquer la ville, tout en plaidant non coupable aux accusations qui pèsent contre elle.

Cette BD coup de poing se lit presque d’une traite et met surtout en exergue la violente réalité du triste sort des femmes noires qui sont triplement discriminées.

L’histoire de cette héroïne oubliée fascine autant qu’elle irritera le lecteur en revenant sur cette époque pas si lointaine où les droits des Noirs n’avaient simplement pas le place dans la société.

Ce n’est que neuf mois après qu’une certaine Rosa Parks va faire la même chose et grâce à l’aide d’un jeune pasteur du nom de Martin Luther King, un mouvement de protestation va faire en sorte qu’en novembre 1956, la Cour suprême des États-Unis va casser les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarant anticonstitutionnelles.

Ce splendide projet d’Émilie Plateau, au format de 175 x 247 pour 136 pages, est inspiré du le roman de la journaliste Tania de Montaigne, paru chez Grasset, en 2015, au Québec.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.