Överallt: l’ambitieuse collection africaine d’Ikéa

«Voici comment le design efface les frontières et rapproche les gens de cultures différentes.» Bibi Seck, designer.

Tout commence en 2017, lorsque cinq designers du géant suédois de l’ameublement débarquent en Afrique du Sud pour le festival Design Indaba, qui accueille plus de 55 conférenciers et plus de 5000 délégués chaque année.

Cette ambitieuse collection, Överallt (en français partout), a vu le jour et est même en vente dans les magasins Ikéa depuis mai 2019.

Pour les besoins de cet articles, nous en avons choisi cinq, sur les 32 options, pour constater de visu le travail: deux tapis (tissé plat écru bleu et tissé plat écru), une housse de coussin multicolore, un tabouret extérieur brun clair et un petit pichet gris.

Sans contredit, le grand tapis tissé plat écru et bleu, aux dimension de 200×200 cm risque d’être un must. Vendu à 99 $ et conçu notamment par Laduma Ngxokolo, il s’inspire de la tradition Xhosa.

Les motifs sont visibles, éclatantes et les trois couleurs qui la composent permettent d’avoir une panoplie de choix pour ajuster à un décor. Surtout, il est très confortable et peut servir aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur (100 % polypropylène). Dans tous les cas, il vaut mieux être prudent avec son café…

Parce que pour l’entretien, on conseille de laver à la main (max. 40 °C), sans repassage et sans nettoyage à sec.

Celui est derrière ce tapis s’appelle Laduma Ngxokolo et il est designer et fondateur de la marque Maxhosa by Laduma.

«Les motifs sont inspirés de là où je viens, et de mes voyages. J’espère qu’ils apporteront aux gens du confort et de la fierté», confie d’ailleurs le styliste.

Pour aller avec ce dernier produit, les housses de coussin des Sud-Africaines Sindiso Khumaso et Renee Rossouw paraissaient comme une évidence. Notre choix s’est tourné vers cette housse de Sindiso, quoi que l’autre aurait très bien pu faire l’affaire (6,99 $, les deux, de dimensions 20×20 ” ou 50×50 cm). Ils sont à 97 % composés de cotons et de lin (3 %).

Tant qu’à faire le même choix que nous, il faut l’assumer en optant également pour le rideau de douche ainsi que les serviettes en papier et la couverture de lit pour assumer sa modernité éclatante et africaine.

«Tout au long du processus de design, il est intéressant de constater à quel point nous avons plus de similitudes que de différences, même si nos approches sont opposées», a expliqué Sindiso Khumalo.

Sindiso Khumalo

«Je voulais créer un article textile fièrement sud-africain, a souligné pour sa part Renee Rossouw. Alors, j’ai proposé un dessin de mon animal favori, l’éléphant d’Afrique. C’est un animal intelligent et beau qui sait réellement prendre soin de ses petits.»

Le banc, légèrement incurvé et fait d’eucalyptus massif, des Kenyans Bethan Rayner et Naeem Biviji est aussi confortable que franchement accueillant. On adore surtout la simplicité déconcertante avec laquelle est se monte.

D’ailleurs, qui ne voudrait pas d’une tablée comme celle là pour son picnic familial annuel ? “Le design est basé sur un rituel du soir kenyan où les amis et la famille cuisinent ensemble, apportent leurs propres chaises et racontent leur journée”, explique Ikéa.

“Vivant à Nairobi, Bethan Rayner et Naeem Biviji composent le duo mari et femme, partenaires du studio de design Propolis. Architectes de formation, ils se spécialisent dans le meuble fait main sur commande. Pour la collection ÖVERALLT, ils ont exploré les rituels domestiques, en focalisant sur un design qui contribuerait à l’amélioration des gestes posés pour cuisiner et manger.”

C’est d’ailleurs eux qui sont derrière la vaisselle de la collection. Encore là, il s’agit d’une “invitation au partage”, soutient-on.

Quant à l’autre tapis tissé plat, écru de 133×195 cm, il est constitué de fibre de jute, ce qui en fait un produit renouvelable. Il ne faut pas trop se fier aux apparences, car il est très confortable et il pourrait permettre aux parents de passer du temps de qualité avec leur précieux rejetons.

C’est une idée des Égyptiens Hend Riad et Mariam Hazem, derrière le studio Reform, fondé en 2012 et qui spécialise “dans l’exploration et la mise à l’essai de différentes façons de tirer le maximum des déchets du monde actuel”.

«Nous croyons qu’avec le design, on arrive à résoudre des problèmes chroniques, ont-ils expliqué. Reform est le chapeau de nombreux «re-quelque chose»: re-création d’une idée existante, re-développement d’objets, ré-utilisation de matériaux, re-naissance de cultures, ré-forme de notre monde.»

S’il y a un regret, c’est de ne pas avoir pu constater ce qu’a fait l’architecte ivoirien Issa Diabaté avec deux meubles d’une simplicité déconcertante. Dans la vidéo ci-dessous, celui qui a cofondé la firme Koffi et Diabaté s’explique.

Architecte, Issa Diabaté a voulu créer des meubles simples, comme ce fauteuil de contreplaqué qui n’a besoin ni de clous, ni de colles ou de vis.

Voici l’équipe derrière la collection Överallt:

Issa Diabaté (Côte d’Ivoire); Hend Riad et Mariam Hazem (Egypte); Laduma Ngxokolo (Afrique du Sud); Bethan Rayner et Naeem Biviji (Kenya) ; Sindiso Khumalo (Afrique du Sud); Renee Rossouw (Afrique du Sud); Bibi Seck (Sénégal); Selly Raby Kane (Sénégal); Kevin Gouriou (France); Iina Vuorivirta (Finlande); Hanna Dalrot (Suède) ; Johanna Jelenik (Suède) ; Mikael Axelsson (Suède) et James Futcher , responsable de la création.

Pour en savoir plus Överallt :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.