Le Sénégalais Omar Ba exposé à Montréal

Omar Ba – Avec l’aimable autorisation de Greg Clément and Wilde.

Une exposition est consacrée à l’artiste sénégalais Omar Ba au Musée des beaux arts de Montréal jusqu’au mois de novembre.

L’exposition Omar Ba: vision partagée est présenté au Carré d’art contemporain, au niveau S2 du pavillon Jean-Noël Desmarais, du Musée des beaux-arts de Montréal.

Les curieux peuvent apprécier les oeuvres de l’artiste plasticien, résidant à Genève, jusqu’au 30 novembre. Il s’agit de la première exposition monographique canadienne consacrée à Omar Ba et elle est organisée en collaboration avec la galerie d’art contemporain The Power Plant de Toronto.

Selon la conservatrice de l’art moderne et contemporain international au MBAM, Mary-Dailey Desmarais, cette exposition « révèle à la fois l’aversion profonde de l’artiste pour l’autoritarisme et l’admiration sans bornes qu’il voue à la résilience et à la persévérance de l’esprit humain », a-t-elle confié dans un communiqué.

Omar Ba (né en 1977), Afrique Now, 2015, huile, gouache et acrylique sur carton ondulé. Collection Ingrid van Galen, Paris. Image courtesy Galerie Templon, Paris-Bruxelles. Photo B. Huet / Tutti. © Omar Ba. Courtesy of the artist and Hales Gallery.

« Empruntant le point de vue de différentes cultures, il explore au passage les motifs récurrents de la naissance, de la mort et de la réincarnation », a ajouté Mme Desmarais, également commissaire de la présentation montréalaise de l’exposition.

Quant au principal intéressé , il a souligné sa volonté que le public puisse repartir « avec l’idée qu’il faut remettre l’artiste africain au bon endroit et aussi avec une image plus positive de l’être humain ».

Il estime d’ailleurs « qu’il n’y a pas de Noirs, de Jaunes ou de Blancs – que des Humains ».

Natif de Dakar, Omar Ba a dit rêver d’un continent qui « puisse profiter de ses richesses avec tous les autres pays du monde, dans un respect mutuel entre dirigeants africains et occidentaux».

Omar Ba (né en 1977), Afrique, pillage, arbres, richesse, 2014, huile, gouache, encre et crayon gras sur carton ondulé. MBAM, achat, legs Horsley et Annie Townsend. Photo MBAM, Christine Guest. © Omar Ba. Courtesy of the artist and Hales Gallery.

Considéré comme l’un des artistes les plus influents de sa génération, il s’intéresse beaucoup à la répartition inégale de la richesse ainsi qu’au pouvoir. La crise de l’immigration et la transformation des rapports humains avec la nature l’intéressent également.

« Je voudrais transmettre l’idée d’une Afrique qui reprend sa place: d’un pays sans conflits ni dictateurs que les gens ne sont pas obligés de quitter pour vivre bien », a-t-il ajouté.

À Montréal, ce sont ses œuvres maîtresses qui seront présentées. Omar Ba a également réalisé pour le public montréalais une peinture grand format in situ. Un catalogue de 150 pages, en vente au MBAM, complète aussi l’exposition.

« En alliant actualité et éléments mythologiques disparates, bestiaire fantastique et traditions des griots africains, Ba crée de puissantes métaphores économiques et politiques de son continent », ont soutenu les deux directrices générales du MBAM et The Power Plant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.