“When They See Us”: la mini-série-choc d’Ava DuVernay qui cartonne sur Netflix

La mini-série When They See Us (Dans leur regard en version française) tant attendue d’Ava DuVernay (Selma, A Wrinkle In Time, 13th) est disponible sur Netflix depuis le 31 mai dernier. Voici ce que nous en avons pensé de cette mini-série qui remporte un véritable succès sur la plateforme (elle est la série la plus regardée du moment sur Netflix).  

L’histoire: Kevin, Antron, Yusef, Korey et Raymond, cinq adolescents noirs et latino ayant entre 14 et 16, sont injustement inculpés pour le viol d’une joggeuse dans Central Park, à New York, en avril 1989.

La série montre avec une grande précision comment ces garçons (appelés les Central Park Five) ont été entraînés malgré eux dans les rouages d’un système judiciaire gangréné par le racisme.

Notre avis: Dans son excellente mini-série, Ava DuVernay réussit à rendre justice à ces cinq garçons, avec une grande justesse et beaucoup de subtilité (le casting dans son intégralité est juste parfait).

La réalisatrice afro-américaine arrive à montrer que ces garçons noirs et latino étaient avant tout des garçons. Qu’ils avaient une vie, des amis, de la famille et des inspirations. Qu’ils n’étaient pas de vulgaires bêtes sauvages, comme ils étaient dépeints dans les médias de l’époque.

DuVernay parvient également à montrer le désarroi de ces garçons lorsqu’ils se retrouvent devant des agents de l’État en position d’autorité qui les convainc de mentir pour qu’ils puissent rentrer rapidement chez eux, alors qu’en vérité, ils leur faisaient avouer un crime qu’ils n’avaient pas commis pour mieux les jeter en prison par la suite.

La série est très dure à regarder. Le dernier épisode (le meilleur à notre avis) est plus long que les trois premiers (d’une durée d’une heure trente). Il a l’étoffe d’un véritable film signé Ava DuVernay.

Il se concentre sur le personnage de Korey, celui qui avait 16 ans au moment des faits et qui avait été envoyé dans une prison pour adultes.

When They See Us est une série poignante, enrageante, touchante. C’est violent, mais la beauté est tout de même là.

Cette beauté, on la retrouve dans de petits gestes: un gardien de prison au grand coeur, une mère qui reconnaît la différence de son fils, une soeur qui raconte une histoire banale à son petit frère en prison… Ces petits moments sont comme un baume au coeur. Sans eux, la série serait impossible à regarder.

Préparez vos mouchoirs, parce qu’il est difficile de rester de marbre devant cette mini-série. Il vous faudra quelques jours pour vous en remettre. Au moins, l’histoire a un happy-end (une fin heureuse avec un arrière-goût doux-amer, mais c’est quand même un déroulement heureux qui attend les cinq compères).

Une citation-clé de la série :

«Ils disent que “des garçons resteront toujours des garçons”. Mais lorsqu’ils parlent de “garçons”, ils ne parlent pas de nous. (…) Pourquoi on ne peut pas être des garçons, nous aussi? »

La bande-annonce :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.