Barracoon de Zora Neale Hurston: témoignage du dernier esclave Américain

Zora Neale Hurston est l’auteure du roman Their Eyes Were Watching God (en français sous le titre Une femme noire).

Décédée en 1960, l’auteure américaine Zora Neale Hurston a eu l’extrême privilège de pouvoir s’entretenir en 1927 avec Cudjo Lewis, considéré comme l’un des derniers survivants de la traite transatlantique. Le récit en français de cette histoire triste, mais utile, a été publié aux éditions JC Lattès: Barracoon : L’histoire du dernier esclave américain, un an après la sortie en anglais de cet ouvrage qu’il faut absolument considérer, d’ores et déjà, comme un classique.

Mort en 1935, Oluale Kossola ou Cudjo Lewis, témoigne de son histoire touchante dans cet ouvrage non moins précieux.

Fait prisonnier à l’époque par le roi du Dahomey, celui qui n’est alors qu’un jeune homme, soldat pour son roi (devenu aussi prisonnier), va faire le long chemin qui va le faire quitter ce qui est sans doute le Bénin actuel jusqu’à Plateau, une petite bourgade près de Mobile, dans l’état d’Alabama. L’expérience est douloureuse et on devine irréalisable de relater avec précision l’ampleur de cette souffrance.

De ses rites initiatiques chez lui en « terre d’Afficky » (parfois Affica) jusqu’à sa petite vie de sacristain américain, Cudjo Lewis va prendre le temps de raconter, du mieux de ses souvenirs, sa triste vie. Il revient sur son éprouvant voyage à bord du navire négrier Clotilda, sur les pertes de presque toute sa famille, aussi bien sur le plus vieux continent que sur le plus récent.

« La vie de Kossola n’eut rien d’exceptionnel. Elle est très représentative, au contraire, de la réalité qu’ont connue les Afro-Américains, eux qui, depuis l’institutionnalisation de l’esclavage, n’ont cessé de se battre pour récupérer, en quelque sorte, la souveraineté sur leur propre corps. »

Le récit est poignant, la traduction en francais semblant juste. La préface d’Alice Walker, à qui l’on doit la Couleur Pourpre, est aussi forte. « Ceux qui nous aiment ne nous laissent jamais seuls avec notre chagrin. À l’instant même où ils nous montrent nos blessures, ils nous révèlent aussi qu’ils possèdent le remède », dit-elle en ouverture.

Zora Neale Hurston est aussi minutieuse que pédagogique. Elle sait être patiente, aussi bien avec son précieux sujet, devenu au fil des rencontres son ami, qu’avec son lecteur. L’une des plus importantes choses, c’est qu’elle remet en perspective le rôle de l’Africain dans la vente des Africains, et ce, faut-il le rappeler dans les années 30.

« Le roi de Dahomey, tu sais, il a fait la richesse avec ses esclaves attrapés », dira Cudjo Lewis.

Avec doigté, Zora Neale reste dans la position qui est la sienne, celle d’anthropologue. Pas étonnant d’ailleurs que la regretté Toni Morisson l’a considèrait comme « l’un des plus grands écrivains de l’époque ».

En effet, impossible de rester indifférent à ses mots, relatés en essayant de garder l’essence, notamment l’anglais vernaculaire afro-américain. Chaque mot de cet ouvrage a l’effet d’une bombe. Jusqu’à l’ultime ligne.

« Je suis sûre qu’il n’a pas peur de la mort. Malgré son attachement de longue date à l’église, il est resté trop profondément païen pour redouter la mort. Mais il tremble d’effroi devant l’autel du passé. »

Soulignons aussi le travail de la maison d’édition qui a bonifié l’ouvrage d’explications et de témoignages comme celui de l’éditrice américaine Deborah G. Plant ou de mise en contexte de l’auteur, qui explique, entre autres la définition de Barracoon: bâtiment utilisé pour le confinement des Africains destinés à être vendus et exportés ».

Reste l’essentiel. Pourquoi cette histoire et ce livre n’ont été publiés qu’en 2018 (en anglais, Barracoon: The Story of the Last « Black Cargo ») et en français, ensuite l’année d’après chez JC Lattès? L’histoire le dira sans doute, puisque des idées d’adaptations cinématographiques émergent déjà.

Kossola n’est plus là depuis longtemps, mais grâce à Zora Neale Hurston, son legs restera longtemps dans notre imaginaire collectif.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.