Kyan Khojandi: au cas où vous voudriez passer une bonne soirée

Kyan Khojandi était de retour à Montréal lors de deux soirées à L’Olympia pour présenter son troisième et tout dernier spectacle Une bonne soirée. Ce titre prometteur s’est avéré exact au regard de la performance du Français d’origine iranienne. On vous dit tout sur ce qu’est une bonne soirée avec Kyan Khojandi.

Afin d’être clair dès le début, oui, Kyan Khojandi c’est le mec de la série française Bref.

Depuis quelques années maintenant et après un premier spectacle, Pulsions d’ailleurs disponible gratuitement sur YouTube (ici), le comédien français s’est lancé dans le stand-up.

Toujours accompagné de son comparse Navo pour l’écriture, Kyan Khojandi prend comme sujet de départ, une des meilleures soirées de sa vie qui commence pourtant de manière totalement banale. Après un restaurant avec des amis, il décide de rentrer chez lui, mais un ami lui propose d’aller en discothèque. S’en suit une série de péripéties incitées par un petit personnage dans sa tête “Au cas où” qui va lui perturber toute sa fin de soirée…

Adepte de la digression, il livre de nombreuses anecdotes personnelles, sur son enfance, ses relations avec son père, ou les rencontres de son passé. Le passage sur l’histoire de son père est un des plus convaincants. Il parle aussi de sa passion pour les Chevaliers du Zodiaque et de son arrivée à Paris ainsi que de sa vie en coloc.

Les sons ont aussi un rôle important. L’humoriste joue avec sa voix, imite, pratique le beat-boxing, flash-back, etc. Tout y passe et le public ne s’en lasse pas. Même si très rapide, l’imitation du rappeur français Orelsan est d’ailleurs bluffante.

Kyan Khojandi essaie de perdre son public et de le rattraper plus tard. Il enchaîne les histoires pour revenir sur d’autres à l’intérieur de ses mêmes histoires avec cette petite phrase qui revient régulièrement : “Avant d’aller plus loin, laissez-moi vous parler…

Comme il le répète dans son spectacle, il aime poser des “petites graines”, ici et là, pour le futur. 

Les anecdotes qui ont toutes des liens ont une répercussion sur l’histoire globale que raconte Kyan à son public. Tout est très bien ficelé et une blague peut-être comprise plusieurs minutes après par le spectateur. C’est subtil et réussi.

L’écriture des deux créateurs de Bref est le gros point fort d’Une bonne soirée. Ils savent faire rire. Ils provoquent souvent la surprise et ils n’hésitent pas non plus parfois à mettre en avant des moments plus intimes.

Kyan Khojandi aime se livrer personnellement comme il l’avait fait dans son précédent spectacle Pulsions. Il aborde ainsi ses relations amoureuses ou parentales, avec souvent une forme de poésie. Il sait exprimer cette petite touche de sensibilité qui lui va si bien.

Le spectacle est un peu construit comme un film. Il y a des surprises dans la mise en scène qui risquent de surprendre certains…

Un clin d’oeil est fait à Bref, d’une manière qui fera sans aucun doute plaisir aux fans de la série, car interprété face au public avec l’aide de projections et d’effets lumineux. On reconnaît ici la patte artistique de Navo qui est aussi metteur en scène du spectacle.

En parlant de ce dernier, il faut savoir qu’il y a une première partie dans le spectacle de Kyan Khojandi et elle est réalisée non pas par un technicien comme il le dit lui-même, mais par Navo en personne.

Avec une forme différente, mais un fond qui ressemble à celui de son compagnon de Bref, Navo est fin, avec un débit plus, posé, mais avec la même plume efficace. C’est un bon apéro qui annonce une bonne soirée, comme c’était le cas à Montréal, un soir d’août 2019.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.